Le Voyageur et Son Ombre

Il faisait si chaud qu’il laissait au courant de la route tous ses vêtements un à un.

Il les laissait accrochés aux buissons.

Et, quand il fut nu, il s’approchait déjà de la ville.

Une honte immense s’empara de lui et l’empêcha d’entrer.

Il était nu et comment ne pas attirer les regards?
Alors il contourna la ville et entra par la porte opposée.

Il avait pris la place de son ombre qui, passant la première, le protégeait.

Pierre Reverdy
Voyage

Voter pour ce poème!

Pierre Reverdy Apprenti Poète

Par Pierre Reverdy

Pierre Reverdy, né le 11 septembre 1889 (13 septembre 1889 selon l'état civil) à Narbonne et mort le 17 juin 1960 à Solesmes, est un poète français associé au cubisme et aux débuts du surréalisme. Il a eu une influence notable sur la poésie moderne de langue française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Vos mots ont le pouvoir de réveiller l'esprit, tel un élixir de Voltaire. Osez commenter.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

A quoi bon prolonger la lutte et la révolte ?

L’Aboma