Le Voyageur et Son Ombre

Il faisait si chaud qu’il laissait au courant de la route tous ses vêtements un à un.

Il les laissait accrochés aux buissons.

Et, quand il fut nu, il s’approchait déjà de la ville.

Une honte immense s’empara de lui et l’empêcha d’entrer.

Il était nu et comment ne pas attirer les regards?
Alors il contourna la ville et entra par la porte opposée.

Il avait pris la place de son ombre qui, passant la première, le protégeait.

Pierre Reverdy
Voyage

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments