Le Bilboquet

J’ai trouvé des boules et des tuyaux et une tête de bois, la bouche ouverte; et la foule riait. Sur la barrière, la foule riait. Elle était venue là pour rire.
Et moi, moi qui ne savais pas pourquoi j’étais venu; avec ma boule, ma tête, et mes tuyaux, peut-être plus bizarre à moi seul que tous ces objets réunis, je n’osais

plus m’en aller.

Pierre Reverdy

Voter pour ce poème!

Nous sommes impatients de lire vos commentaires! S'il vous plaît, ne nous laissez pas dans l'ignorance!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments