Les Plus Lus

  • Mon cher papa

    (Écrit à l’âge de 12 ans.) J’avais appris un compliment, Et j’accourais pour célébrer ta fête, On y parlait de sentiment De tendre amour, d’ardeur parfaite ; Mais j’ai tout oublié, Lorsque je suis venu, Je t’aime est le seul mot que j’ai bien retenu. Ajouter aux favoris 0 Plus

    Lire la suite

  • Éventail de Madame Mallarmé

    Avec comme pour langage Rien qu’un battement aux cieux Le futur vers se dégage Du logis très précieux Aile tout bas la courrière Cet éventail si c’est lui Le même par qui derrière Toi quelque miroir a lui Limpide (où va redescendre Pourchassée en chaque grain Un peu d’invisible cendre Seule à me rendre chagrin) […] Plus

    Lire la suite

  • Sur les bois oubliés quand passe l’hiver

    (Pour votre chère morte, son ami.) — « Sur les bois oubliés quand passe l’hiver sombre, Tu te plains, ô captif solitaire du seuil, Que ce sépulcre à deux qui fera notre orgueil Hélas ! du manque seul des lourds bouquets s’encombre. Sans écouter Minuit qui jeta son vain nombre, Une veille t’exalte à ne […] Plus

    Lire la suite

  • Angoisse

    Je ne viens pas ce soir vaincre ton corps, ô bête En qui vont les péchés d’un peuple, ni creuser Dans tes cheveux impurs une triste tempête Sous l’incurable ennui que verse mon baiser : Je demande à ton lit le lourd sommeil sans songes Planant sous les rideaux inconnus du remords, Et que tu […] Plus

    Lire la suite

  • Brise marine

    La chair est triste, hélas ! et j’ai lu tous les livres. Fuir ! là-bas fuir ! Je sens que des oiseaux sont ivres D’être parmi l’écume inconnue et les cieux ! Rien, ni les vieux jardins reflétés par les yeux Ne retiendra ce cœur qui dans la mer se trempe Ô nuits ! ni […] Plus

    Lire la suite

  • Le tombeau d’Edgar Poe

    Tel qu’en Lui-même enfin l’éternité le change, Le Poète suscite avec un glaive nu Son siècle épouvanté de n’avoir pas connu Que la mort triomphait dans cette voix étrange ! Eux, comme un vil sursaut d’hydre oyant jadis l’ange Donner un sens plus pur aux mots de la tribu Proclamèrent très haut le sortilège bu […] Plus

    Lire la suite

  • Une dentelle s’abolit

    Une dentelle s’abolit Dans le doute du Jeu suprême À n’entr’ouvrir comme un blasphème Qu’absence éternelle de lit. Cet unanime blanc conflit D’une guirlande avec la même, Enfui contre la vitre blême Flotte plus qu’il n’ensevelit. Mais chez qui du rêve se dore Tristement dort une mandore Au creux néant musicien Telle que vers quelque […] Plus

    Lire la suite

  • Le vierge, le vivace et le bel aujourd’hui

    Le vierge, le vivace et le bel aujourd’hui Va-t-il nous déchirer avec un coup d’aile ivre Ce lac dur oublié que hante sous le givre Le transparent glacier des vols qui n’ont pas fui ! Un cygne d’autrefois se souvient que c’est lui Magnifique mais qui sans espoir se délivre Pour n’avoir pas chanté la […] Plus

    Lire la suite

  • Soupir

    Mon âme vers ton front où rêve, ô calme sœur, Un automne jonché de taches de rousseur Et vers le ciel errant de ton œil angélique Monte, comme dans un jardin mélancolique, Fidèle, un blanc jet d’eau soupire vers l’Azur ! — Vers l’Azur attendri d’Octobre pâle et pur Qui mire aux grands bassins sa […] Plus

    Lire la suite

  • Toute l’âme résumée

    Toute l’âme résumée Quand lente nous l’expirons Dans plusieurs ronds de fumée Abolis en autres ronds Atteste quelque cigare Brûlant savamment pour peu Que la cendre se sépare De son clair baiser de feu Ainsi le chœur des romances A la lèvre vole-t-il Exclus-en si tu commences Le réel parce que vil Le sens trop […] Plus

    Lire la suite

  • Las de l’amer repos

    Las de l’amer repos où ma paresse offense Une gloire pour qui jadis j’ai fui l’enfance Adorable des bois de roses sous l’azur Naturel, et plus las sept fois du pacte dur De creuser par veillée une fosse nouvelle Dans le terrain avare et froid de ma cervelle, Fossoyeur sans pitié pour la stérilité, — […] Plus

    Lire la suite

  • Cantique de saint Jean

    Le soleil que sa halte Surnaturelle exalte Aussitôt redescend Incandescent je sens comme aux vertèbres S’éployer des ténèbres Toutes dans un frisson A l’unisson Et ma tête surgie Solitaire vigie Dans les vois triomphaux De cette faux Comme rupture franche Plutôt refoule ou tranche Les anciens désaccords Avec le corps Qu’elle de jeûnes ivres S’opiniâtre […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.