Les Plus Lus

  • Un songe

    Sonnet. Le laboureur m’a dit en songe : « Fais ton pain, Je ne te nourris plus, gratte la terre et sème. » Le tisserand m’a dit : « Fais tes habits toi-même. » Et le maçon m’a dit : « Prends ta truelle en main. » Et seul, abandonné de tout le genre humain […] Plus

    Lire la suite

  • Le meilleur moment des amours

    Le meilleur moment des amours N’est pas quand on a dit : « Je t’aime. » Il est dans le silence même À demi rompu tous les jours ; Il est dans les intelligences Promptes et furtives des cœurs ; Il est dans les feintes rigueurs Et les secrètes indulgences ; Il est dans le […] Plus

    Lire la suite

  • Sur l’eau

    Sonnet. Je n’entends que le bruit de la rive et de l’eau, Le chagrin résigné d’une source qui pleure Ou d’un rocher qui verse une larme par heure, Et le vague frisson des feuilles de bouleau. Je ne sens pas le fleuve entraîner le bateau, Mais c’est le bord fleuri qui passe, et je demeure […] Plus

    Lire la suite

  • Fin du rêve

    Sonnet. Le rêve, serpent traître éclos dans le duvet, Roule autour de mes bras une flatteuse entrave, Sur mes lèvres distille un philtre dans sa bave, Et m’amuse aux couleurs changeantes qu’il revêt. Depuis qu’il est sorti de dessous mon chevet, Mon sang glisse figé comme une tiède lave, Ses nœuds me font captif et […] Plus

    Lire la suite

  • La valse

    Dans un flot de gaze et de soie, Couples pâles, silencieux, Ils tournent, et le parquet ploie, Et vers le lustre qui flamboie S’égarent demiclos leurs yeux. Je pense aux vieux rochers que j’ai vus en Bretagne, Où la houle s’engouffre et tourne, jour et nuit, Du même tournoîment que toujours accompagne Le même bruit. […] Plus

    Lire la suite

  • Ce qui dure

    Le présent se fait vide et triste, Ô mon amie, autour de nous ; Combien peu de passé subsiste ! Et ceux qui restent changent tous. Nous ne voyons plus sans envie Les yeux de vingt ans resplendir, Et combien sont déjà sans vie Des yeux qui nous ont vus grandir ! Que de jeunesse […] Plus

    Lire la suite

  • L’habitude

    L’habitude est une étrangère Qui supplante en nous la raison : C’est une ancienne ménagère Qui s’installe dans la maison. Elle est discrète, humble, fidèle, Familière avec tous les coins ; On ne s’occupe jamais d’elle, Car elle a d’invisibles soins : Elle conduit les pieds de l’homme, Sait le chemin qu’il eût choisi, Connaît […] Plus

    Lire la suite

  • Ici-bas

    Icibas tous les lilas meurent, Tous les chants des oiseaux sont courts ; Je rêve aux étés qui demeurent Toujours… Icibas les lèvres effleurent Sans rien laisser de leur velours ; Je rêve aux baisers qui demeurent Toujours… Icibas tous les hommes pleurent Leurs amitiés ou leurs amours ; Je rêve aux couples qui demeurent […] Plus

    Lire la suite

  • Le dernier adieu

    Quand l’être cher vient d’expirer, On sent obscurément la perte, On ne peut pas encor pleurer : La mort présente déconcerte ; Et ni le lugubre drap noir, Ni le Dies irae farouche, Ne donnent forme au désespoir : La stupeur clôt l’âme et la bouche. Incrédule à son propre deuil, On regarde au fond […] Plus

    Lire la suite

  • Trahison

    Sonnet. Quand on a tant aimé, c’est un rude réveil ! Tu t’es cru dans un nid semblable aux nids des haies, Caché, sûr et profond. Vain songe ! Tu t’effraies D’avoir osé dormir ce dangereux sommeil. La foi, bonne ou mauvaise, a donc un front pareil ! Tu ne veux même plus croire les […] Plus

    Lire la suite

  • Où vont-ils

    Sonnet. Ceux qui sont morts d’amour ne montent pas au ciel : Ils n’auraient plus les soirs, les sentiers, les ravines, Et ne goûteraient pas, aux demeures divines, Un miel qui du baiser pût effacer le miel. Ils ne descendent pas dans l’enfer éternel : Car ils se sont brûlés aux lèvres purpurines, Et l’ongle […] Plus

    Lire la suite

  • Homo sum

    Sonnet. Durant que je vivais, ainsi qu’en plein désert, Dans le rêve, insultant la race qui travaille, Comme un lâche ouvrier ne faisant rien qui vaille S’enivre et ne sait plus à quoi l’outil lui sert, Un soupir, né du mal autour de moi souffert, M’est venu des cités et des champs de bataille, Poussé […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.