Dernières histoires

  • Distance

    A peine assis d’un quart de fesse au strapontin de la kermesse qu’on appelle le quotidien moi le badaud, le baladin… D’aucun ailleurs, non plus d’ici… Tout juste une ombre qu’on oublie… Témoin qui rit en contrepoint ! Me soit destin sans lien ni fil ! Sitôt craignant, déjà je file […]

  • Dans vos yeux

    Dans vos yeux J’ai lu l’aveu de votre âme En caractères de flamme Et je m’en suis allé joyeux Bornant alors mon espace Au coin d’horizon qui passe Dans vos yeux. Dans vos yeux J’ai vu s’amasser l’ivresse Et d’une longue caresse J’ai clos vos grands cils soyeux. Mais cette ivresse […]

  • Je vous apercevrai

    Je vous apercevrai chaque jour à mesure Que vous avancerez silencieuse et rare Comme toutes vos paroles Et je n’aurai pour vous qu’un geste et qu’un désir Et je n’aurai pour vous qu’une joie très ancienne Morte et ressuscitée avec votre silence Et gardant la conscience du mal et des regrets […]

  • Mon Dieu m’a dit : Mon fils, il faut m’aimer

    I Mon Dieu m’a dit : Mon fils, il faut m’aimer. Tu vois Mon flanc percé, mon cœur qui rayonne et qui saigne, Et mes pieds offensés que Madeleine baigne De larmes, et mes bras douloureux sous le poids De tes péchés, et mes mains ! Et tu vois la croix, […]

  • Muse, n’est-ce point là le feu de la Deesse

    Muse, n’estce point là le feu de la Deesse Qui naquit autrefois dans le champ marinier, Qui d’un brin esclattant ne nous veut denier Du matin qui s’en vient le jour et la promesse ? Desja, n’estce point là l’aurore qui se dresse, Vermillonnant ces Montz de son char saffranier ? […]

  • La musique

    Ah ! chante encore, chante, chante ! Mon âme a soif des bleus éthers. Que cette caresse arrachante En rompe les terrestres fers ! Que cette promesse infinie, Que cet appel délicieux Dans les longs flots de l’harmonie L’enveloppe et l’emporte aux cieux ! Les bonheurs purs, les bonheurs libres L’attirent […]

  • Phyllis

    Phyllida amo ante alias Virgile, Églogue III Personnages : Daphnis Damète Palæmon Daphnis. Tandis que mollement étendu sous les chênes Tu t’endors aux doux bruits des cascades prochaines, Dis, as-tu vu s’enfuir ma rieuse Phyllis, Souple comme le lierre et blanche comme un lys ? Damète. Je ne sais. Il se […]

  • Aux Amis de Paul

    Ô Seigneur ! que fais-tu des voix et des yeux d’ombre Et des pleurs à genoux ! La nuit silencieuse avec son aile sombre A passé devant nous. Hier, nous étions tous réunis, jeunes hommes Aux rêves palpitants, Gais, faisant rayonner sur la route où nous sommes La foi de nos […]

  • La valse

    Dans un flot de gaze et de soie, Couples pâles, silencieux, Ils tournent, et le parquet ploie, Et vers le lustre qui flamboie S’égarent demiclos leurs yeux. Je pense aux vieux rochers que j’ai vus en Bretagne, Où la houle s’engouffre et tourne, jour et nuit, Du même tournoîment que toujours […]

  • Chanson de la plus haute tour

    Oisive jeunesse A tout asservie, Par délicatesse J’ai perdu ma vie. Ah ! Que le temps vienne Où les coeurs s’éprennent. Je me suis dit : laisse, Et qu’on ne te voie : Et sans la promesse De plus hautes joies. Que rien ne t’arrête, Auguste retraite. J’ai tant fait patience […]

  • Christine

    Une étoile d’or làbas illumine Le bleu de la nuit, derrière les monts. La lune blanchit la verte colline : Pourquoi pleurestu, petite Christine ? Il est tard, dormons. Mon fiancé dort sous la noire terre, Dans la froide tombe il rêve de nous. Laissezmoi pleurer, ma peine est amère Laissezmoi […]

  • Dans vos yeux

    Dans vos yeux J’ai lu l’aveu de votre âme En caractères de flamme Et je m’en suis allé joyeux Bornant alors mon espace Au coin d’horizon qui passe Dans vos yeux. Dans vos yeux J’ai vu s’amasser l’ivresse Et d’une longue caresse J’ai clos vos grands cils soyeux. Mais cette ivresse […]