Les Plus Lus

  • BofBof C'était OKC'était OK

    J’espère et crains

    J’espère et crains, je me tais et supplie, Or je suis glace, et ores un feu chaud, J’admire tout, et de rien ne me chaut, Je me délace, et puis je me relie. Rien ne me plaît sinon ce qui m’ennuie, Je suis vaillant et le cœur me défaut, J’ai l’espoir bas, j’ai le courage […] Plus

    Lire la suite

  • BofBof

    Marie, vous avez la joue aussi vermeille

    Marie, vous avez la joue aussi vermeilleQu’une rose de mai, vous avez les cheveuxDe couleur de châtaigne, entrefrisés de noeuds,Gentement tortillés tout autour de l’oreille. Quand vous étiez petite, une mignarde abeilleDans vos lèvres forma son doux miel savoureux,Amour laissa ses traits dans vos yeux rigoureux,Pithon vous fit la voix à nulle autre pareille. Vous […] Plus

    Lire la suite

  • Je vois tes yeux

    Je vois tes yeux dessous telle planète Qu’autre plaisir ne me peut contenter, Sinon le jour, sinon la nuit chanter : Allège-moi, ma plaisante brunette. O liberté, combien je te regrette ! Combien le jour que je vois t’absenter, Pour me laisser sans espoir tourmenter En l’espérance, où si mal on me traite ! L’an […] Plus

    Lire la suite

  • C'était OKC'était OK

    Nature ornant la dame

    Nature ornant la dame qui devait De sa douceur forcer les plus rebelles, Lui fit présent des beautés les plus belles, Que dès mille ans en épargne elle avait. Tout ce qu’Amour avarement couvait De beau, de chaste et d’honneur sous ses ailes, Emmiella les grâces immortelles De son bel œil, qui les Dieux émouvait. […] Plus

    Lire la suite

  • Ce jour de Mai qui a la tête peinte

    Ce jour de Mai qui a la tête peinte, D’une gaillarde et gentille verdeur, Ne doit passer sans que ma vive ardeur Par votre grâce un peu ne soit éteinte. De votre part, si vous êtes atteinte Autant que moi d’amoureuse langueur, D’un feu pareil soulageons notre coeur, Qui aime bien ne doit point avoir […] Plus

    Lire la suite

  • Je veux mourir pour tes beautés, Maîtresse

    Je veux mourir pour tes beautés, Maîtresse, Pour ce bel oeil, qui me prit à son hain, Pour ce doux ris, pour ce baiser tout plein D’ambre et de musc, baiser d’une Déesse. Je veux mourir pour cette blonde tresse, Pour l’embonpoint de ce trop chaste sein, Pour la rigueur de cette douce main, Qui […] Plus

    Lire la suite

  • Marie, qui voudrait votre beau nom tourner

    Marie, qui voudrait votre beau nom tourner,Il trouverait Aimer : aimez-moi donc, Marie,Faites cela vers moi dont votre nom vous prie,Votre amour ne se peut en meilleur lieu donner. S’il vous plaît pour jamais un plaisir demener,Aimez-moi, nous prendrons les plaisirs de la vie,Pendus l’un l’autre au col, et jamais nulle envieD’aimer en autre lieu […] Plus

    Lire la suite

  • L’an se rajeunissait en sa verte jouvence

    L’an se rajeunissait en sa verte jouvenceQuand je m’épris de vous, ma Sinope cruelle ;Seize ans étaient la fleur de votre âge nouvelle,Et votre teint sentait encore son enfance. Vous aviez d’une infante encor la contenance,La parole, et les pas ; votre bouche était belle,Votre front et vos mains dignes d’une Imrnortelle,Et votre oeil, qui […] Plus

    Lire la suite

  • Je veux pousser par l’univers ma peine

    Je veux pousser par l’univers ma peine, Plus tôt qu’un trait ne vole au décocher ; Je veux aussi mes oreilles boucher, Pour n’ouïr plus la voix de ma sereine. Je veux muer mes deux yeux en fontaine, Mon cœur en feu, ma tête en un rocher, Mes pieds en tronc, pour jamais n’approcher De […] Plus

    Lire la suite

  • Si c’est aimer, Madame, et de jour, et de nuit

    Si c’est aimer, Madame, et de jour, et de nuitRêver, songer, penser le moyen de vous plaire,Oublier toute chose, et ne vouloir rien faireQu’adorer et servir la beauté qui me nuit : Si c’est aimer que de suivre un bonheur qui me fuit,De me perdre moi même et d’être solitaire,Souffrir beaucoup de mal, beaucoup craindre […] Plus

    Lire la suite

  • Quand en songeant ma folâtre j’acolle

    Quand en songeant ma folâtre j’acolle, Laissant mes flancs sur les siens s’allonger, Et que, d’un branle habilement léger, En sa moitié ma moitié je recolle ! Amour, adonc si follement m’affole, Qu’un tel abus je ne voudroi changer, Non au butin d’un rivage étranger, Non au sablon qui jaunoie en Pactole. Mon dieu, quel […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.