Les Plus Lus

  • L’extase d’un baiser

    Au point que j’expirais, tu m’as rendu le jour Baiser, dont jusqu’au coeur le sentiment me touche, Enfant délicieux de la plus belle bouche Qui jamais prononça les Oracles d’Amour. Mais tout mon sang s’altère, une brûlante fièvre Me ravit la couleur et m’ôte la raison ; Cieux ! j’ai pris à la fois sur […] Plus

    Lire la suite

  • La belle Esclave maure

    Beau monstre de Nature, il est vrai, ton visage Est noir au dernier point, mais beau parfaitement : Et l’Ebène poli qui te sert d’ornement Sur le plus blanc ivoire emporte l’avantage. Ô merveille divine, inconnue à notre âge ! Qu’un objet ténébreux luise si clairement ; Et qu’un charbon éteint, brûle plus vivement Que […] Plus

    Lire la suite

  • La belle gueuse

    Ô que d’appas en ce visage Plein de jeunesse et de beauté, Qui semble trahir son langage Et démentir sa pauvreté ! Ce rare honneur des orphelines, Couvert de ces mauvais habits, Nous découvre des perles fines Dans une boîte de rubis. Ses yeux sont des saphirs qui brillent, Et ses cheveux qui s’éparpillent Font […] Plus

    Lire la suite

  • Sur un tombeau

    Celle dont la dépouille en ce marbre est enclose Fut le digne sujet de mes saintes amours. Las ! depuis qu’elle y dort, jamais je ne repose, Et s’il faut en veillant que j’y songe toujours. Ce fut une si rare et si parfaite chose Qu’on ne peut la dépeindre avec l’humain discours ; Elle […] Plus

    Lire la suite

  • Le promenoir des deux amants

    Auprès de cette grotte sombre Où l’on respire un air si doux L’onde lutte avec les cailloux Et la lumière avecque l’ombre. Ces flots lassés de l’exercice Qu’ils ont fait dessus ce gravier Se reposent dans ce vivier Où mourut autrefois Narcisse. C’est un des miroirs où le faune Vient voir si son teint cramoisi […] Plus

    Lire la suite

  • Misère de l’homme du monde

    Venir à la clarté sans force et sans adresse, Et n’ayant fait longtemps que dormir et manger, Souffrir mille rigueurs d’un secours étranger Pour quitter l’ignorance en quittant la faiblesse : Après, servir longtemps une ingrate Maîtresse Qu’on ne peut acquérir, qu’on ne peut obliger ; Ou qui d’un naturel inconstant et léger, Donne fort […] Plus

    Lire la suite

  • C’est fait de mes Destins…

    C’est fait de mes Destins ; je commence à sentir Les incommodités que la vieillesse apporte. Déjà la pâle mort, pour me faire partir, D’un pied sec et tremblant vient frapper à ma porte. Ainsi que le soleil sur la fin de son cours Paraît plutôt tomber que descendre dans l’Onde ; Lorsque l’homme a […] Plus

    Lire la suite

  • Le navire

    Je fus, Plante superbe, en Vaisseau transformée. Si je crus sur un Mont, je cours dessus les eaux : Et porte de Soldats une nombreuse armée, Après avoir logé des Escadrons d’Oiseaux. En rames, mes rameaux se trouvent convertis ; Et mes feuillages verts, en orgueilleuses voiles : J’ornai jadis Cybèle, et j’honore Thétis Portant […] Plus

    Lire la suite

  • La fortune de l’Hermaphrodite

    Les dieux me faisaient naître, et l’on s’informa d’eux Quelle sorte de fruit accroîtrait la famille, Jupiter dit un fils, et Vénus une fille, Mercure l’un et l’autre, et je fus tous les deux. On leur demande encor quel serait mon trépas Saturne d’un lacet, Mars d’un fer me menace, Diane d’une eau trouble, et […] Plus

    Lire la suite

  • A des cimetières

    Séjour mélancolique, où les ombres dolentes Se plaignent chaque nuit de leur adversité Et murmurent toujours de la nécessité Qui les contraint d’errer par les tombes relantes, Ossements entassés, et vous, pierres parlantes Qui conservez les noms à la postérité, Représentant la vie et sa fragilité Pour censurer l’orgueil des âmes insolentes, Tombeaux, pâles témoins […] Plus

    Lire la suite

  • Sur un Narcisse de marbre

    fait en relief, de la main de Michel-Ange Ce n’est ni marbre, ni porphyre, Que le corps de ce beau chasseur, Dont l’haleine d’un mol zéphyre Évente les cheveux avec tant de douceur. En cette divine sculpture, On voit tout ce que la nature Put jamais achever de mieux. S’il n’entretient tout haut l’image ravissante […] Plus

    Lire la suite

  • Sur la fin de son cours le Soleil sommeillait

    Sur la fin de son cours le Soleil sommeillait Et déjà ses coursiers abordaient la marine, Quand Élise passa dans un char qui brillait De la seule splendeur de sa beauté divine. Mille appas éclatants qui font un nouveau jour Et qui sont couronnés d’une grâce immortelle, Les rayons de la gloire et les feux […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.