De mon sang exhalé toute l’humeur périe

De mon sang exhalé toute l’humeur périe
Me laisse desséché, et l’esprit de mon coeur
Éteint par trop d’ennui, me pousse en ma douleur
Aux extrêmes effets de la mélancolie.

Ha ! presque hors de moi forcenant de furie,
Tué, brisé, rompu, accablé de malheur,
J’ai souci, j’ai dépit, j’ai crainte, j’ai horreur,
De vos yeux, de mon mal, de la mort, de ma vie.

Ha ! si dans votre coeur se trouve quelque idée
Des désirs qui vous ont en mon coeur imprimée,
Ayez pitié d’un mort qui pour vous veut mourir ;

Ou pour rendre ma mort encore plus heureuse,
Avouez les soupirs qu’en ma peine amoureuse
Je tire cependant que me faites languir.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

L’agonie d’un saint

De Monsieur de Saint Gelais pour mettre au devant