Dernières histoires

  • Neige

    Neige   Le vent passe en tourbillonnant Emportant des flocons blancs Le vent passe en tourbillonnant J’attends. J’attends je ne sais trop quoi J’attends je ne sais pourquoi J’attends La neige valse, la neige danse Le vent mène la transe La neige valse, la neige danse, J’attends . J’attends je ne sais […]

  • Phases

    1 _ Dites-moi. Savez-vous même Aimer aussi qui vous aime ? _ Mon oiseau de paradis, C’est quand le soleil sourit. _ N’est-ce point là qu’une mouche Dit sa musique jalouse ? _ Le silence bleu et or Cueille d’invisibles fleurs _ Ah le soleil délaissé Faisait mon intimité. 2 L’enfant […]

  • Lettres perdues

    Par les fentes de l’éternité Nous parlerons ensemble Cherchant nos souffles Peu à peu laissant nos voix Se réaccorder Toi ciel moi terre Nous parlerons longtemps longtemps Jusqu’à ce que l’été Nous couvre de volubilis Autour de moi les grandes fleurs Muselées du jour Mon cœur comme la mer Se retire […]

  • Fleurs

    Fleurs promises, fleurs tenues dans tes bras, Fleurs sorties des parenthèses d’un pas, Qui t’apportait ces fleurs l’hiver Saupoudrées du sable des mers ? Sable de tes baisers, fleurs des amours fanées Les beaux yeux sont de cendre et dans la cheminée Un cœur enrubanné de plaintes Brûle avec ses images […]

  • Érato

    Nature, où sont tes Dieux ? Ô prophétique aïeule, Ô chair mystérieuse où tout est contenu, Qui pendant si longtemps as vécu de toi seule Et qui sembles mourir, parle, qu’est devenu Cet âge de vertu que chaque jour efface, Où le sourire humain rayonnait sur ta face ? Où s’est […]

  • Brouillard

    Le brouillard me fait peur ! Et ces phares – yeux hurlant de quels monstres Glissant dans le silence. Ces ombres qui rasent le mur Et passent, sont-ce mes souvenirs Dont la longue file va-t-en pèlerinage ?… Le brouillard sale de la Ville ! De sa suie froide Il encrasse mes […]

  • Songe d’hiver

    A sad tale’s best for winter ; I have one of spirits and goblins. Shakspere, Winter’s tale. Act.II, scène I. I Dans nos longs soirs d’hiver, où, chez le bon Armand, Dans notre farniente adorable et charmant On oubliait le monde aride, Vous demandiez pourquoi sur mon front fatigué, Au milieu […]

  • Se pétrir d’un voyage

    Je me souviens de l’océan Chaud et doux, S’entêtant à me séduire, S’allongeant sur mes rêves. Face aux torrents agités, crissants, d’ici, Je me souviens de la vie là-bas, Légère, Fluide comme une rivière, Traversante, Dans un horizon sans barrière. Je me souviens aussi, Du souvenir de vous, Mes êtres demeures, […]

  • Feu les oiseaux

    Si le monde Etait un raisin transparent Qui survivrait ? De l’autre côté de la mer Les arbres se remplissent D’oiseaux incorruptibles L’aile d’un ange A ma fenêtre obscure Neige Mon coeur prends garde ! Cette année quel retard Sur l’églantine Dans le fond de la cour Un tilleul oublié Parfume […]

  • Nature impassible

    Lorsque l’homme pleura sa première chimère, Moins impassible qu’aujourd’hui, La nature sentit frémir ses flancs de mère Et voulut pleurer avec lui. Tout s’assombrit. Les cieux n’eurent plus une étoile, La terre n’eut plus une fleur. Le soleil se cloîtra, la lune prit le voile, Et la forêt tordit ses branches, […]

  • Charmer la ville

    Je viens de loin Je viens de l’île Cernée d’émeraudes. Ce pays long Ses monts de mines ; Châteaux malins, Qui rodent En un lac blanc, Tels des chasseurs Ardant. J’ai pris le vent, J’ai plongée en ma rivière, Pour sillonner à vous. Pureté du chemin d’eau. J’ai pris mes plumes Pour […]

  • La Déchéance du Père Goriot

    Vers la fin de la troisième année, le père Goriot réduisit encore ses dépenses, en montant au troisième étage et en se mettant à quarante-cinq francs de pension par mois. Il se passa de tabac, congédia son perruquier et ne mit plus de poudre. Quand le père Goriot parut pour la […]