Les Plus Lus

  • La lune blanche au rire éteint

    La lune blanche au rire éteint Glisse dans l’air où rien ne pèse ; On entend le frisson lointain D’un long murmure qui s’apaise. L’heure est si pure qu’on dirait Que la montagne est transparente Et que les arbres dilués Sont les reflets d’une eau dormante. Ajouter aux favoris 0 Plus

    Lire la suite

  • Voeux simples

    Vivre du vert des prés et du bleu des collines, Des arbres racineux qui grimpent aux ravines, Des ruisseaux éblouis de l’argent des poissons ; Vivre du cliquetis allègre des moissons, Du clair halètement des sources remuées, Des matins de printemps qui soufflent leurs buées, Des octobres semeurs de feuilles et de fruits Et de […] Plus

    Lire la suite

  • La corbeille

    Choisismoi, dans les joncs tressés de ta corbeille, Une poire d’automne ayant un goût d’abeille, Et dont le flanc doré, creusé jusqu’à moitié, Offre une voûte blanche et d’un grain régulier. Choisismoi le raisin qu’une poussière voile Et qui semble un insecte enroulé dans sa toile. Gardetoi d’oublier le cassis desséché, La pêche qui balance […] Plus

    Lire la suite

  • Je me souviens de mon enfance

    Je me souviens de mon enfance Et du silence où j’avais froid ; J’ai tant senti peser sur moi Le regard de l’indifférence. Ô jeunesse, je te revois Toute petite et repliée, Assise et recueillant les voix De ton âme presque oubliée. Recueil : Mélancolie Ajouter aux favoris 0 Plus

    Lire la suite

  • La corbeille

    Choisis-moi, dans les joncs tressés de ta corbeille, Une poire d’automne ayant un goût d’abeille, Et dont le flanc doré, creusé jusqu’à moitié, Offre une voûte blanche et d’un grain régulier. Choisis-moi le raisin qu’une poussière voile Et qui semble un insecte enroulé dans sa toile. Garde-toi d’oublier le cassis desséché, La pêche qui balance […] Plus

    Lire la suite

  • La tasse

    Dans cette tasse claire où luit un cercle d’or J’ai versé du lait blanc pour ta lèvre vermeille. Comme un enfant dolent le long du corridor Un rayon de soleil s’étant couché sommeille. Vois, la mouche gourmande est plus sage que toi. Perchée au bord du vase où son aile se mouille, Avec sa trompe […] Plus

    Lire la suite

  • J’aurai trouvé l’apaisement

    J’aurai trouvé l’apaisement A me fondre avec le murmure Et le rêve de la nature Dans son musical flottement ; A mourir comme fait la brise Dont s’éloigne le clair réseau, Nuage indolent qui se brise, Chute de feuille, reflet d’eau. Ajouter aux favoris 0 Plus

    Lire la suite

  • Ô Beauté nue

    Ô Beauté nue, Les oiseaux volent dans le calme Où la digitale remue, Où la fougère aux fines palmes Est encor d’un vert tendre au pied de l’aulne obscur. Une molle buée enveloppe l’azur, Allège les lointains, les arbres, les maisons, Noie à demi la ferme et le dormant gazon Et fait de la montagne […] Plus

    Lire la suite

  • Quelquefois sur le seuil de pierre

    Quelquefois sur le seuil de pierre J’écoute, pensive, le chant Des martinets, delà lumière Et des guêpes brunes du champ. Le jour dans sa ronde joyeuse D’ailes, de feuilles et de cris Bat ma maison silencieuse Comme un nid de chauve-souris. Mais qu’autour de moi l’heure vaine S’illumine d’un temps si pur, Je suis grave […] Plus

    Lire la suite

  • Le cœur tremblant, la joue en feu

    Le cœur tremblant, la joue en feu, J’emporte dans mes cheveux Tes lèvres encore tièdes. Tes baisers restent suspendus Sur mon front et mes bras nus Comme des papillons humides. Je garde aussi ton bras d’amant, Autoritaire enlacement, Comme une ceinture à ma taille. Ajouter aux favoris 0 Plus

    Lire la suite

  • Le soir au soleil je m’assieds

    Le soir, au soleil je m’assieds Devant ma porte ; Le jardin, les arbres fruitiers, La brise forte Soufflent jusqu’à moi la rumeur Des tièdes feuilles Sans que mon immobile cœur En lui l’accueille. Je devine les coteaux mous Qui se prolongent, Sur l’étoffe de mes genoux Mes mains s’allongent Et je m’abîme à regarder […] Plus

    Lire la suite

  • La tasse

    Dans cette tasse claire où luit un cercle d’or J’ai versé du lait blanc pour ta lèvre vermeille. Comme un enfant dolent le long du corridor Un rayon de soleil s’étant couché sommeille. Vois, la mouche gourmande est plus sage que toi. Perchée au bord du vase où son aile se mouille, Avec sa trompe […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.