Les Plus Lus

  • Arbres

    En argot les hommes appellent les oreilles des feuilles c’est dire comme ils sentent que les arbres connaissent la musique mais la languie verte des arbres est un argot bien plus ancien Qui peut savoir ce qu’ils disent lorsqu’ils parlent des humains Les arbres parlent arbre comme les enfants parlent enfant Quand un enfant de […] Plus

    Lire la suite

  • Je me de de

    Je me vermine je me métaphysique je me termite je m’albumine je me métamorphose je me métempsychose me dilapide je n’en aurai jamais fini Je me reprends je me dévore je me sournoise je me cloaque et m’analyse je me de de je m’altruise je deviens mon altcr ego je me cache sous les couvertures […] Plus

    Lire la suite

  • Tu parles

    Tu parles de ton âge, de tes fils de soie blanche. Regarde tes mains pétales de laurier-rose, ton cou le seul pli de la grâce. J’aime les cendres sur tes cils tes paupières, et tes yeux d’or mat et tes yeux Soleil sur la rosée d’or vert, sur le gazon du matin Tes yeux en […] Plus

    Lire la suite

  • Abyssal

    Quand comprendras-tu? tu n’es pas ce que tu craints et les peurs ne revêtent que les âmes muettes les peines que tu repeints d’une angoisse ingénue ne valent pas le dessein promis par ta vertu Les fleurs ont soudain le parfum de ta peur et quand tu te souviens s’agite le chagrin tu en fait […] Plus

    Lire la suite

  • L’échafaud

    — Œil pour œil ! Dent pour dent ! Tête pour tête ! A mort ! Justice ! L’échafaud vaut mieux que le remord. Talion ! talion ! — Silence aux cris sauvages ! Non ! assez de malheur, de meurtre et de ravages ! Assez d’égorgements ! assez de deuil ! assez De fantômes […] Plus

    Lire la suite

  • Femme noire

    Femme nue, femme noire Vêtue de ta couleur qui est vie, de ta forme qui est beauté J’ai grandi à ton ombre; la douceur de tes mains bandait mes yeux Et voilà qu’au coeur de l’Été et de Midi, Je te découvre, Terre promise, du haut d’un haut col calciné Et ta beauté me foudroie […] Plus

    Lire la suite

  • L’invitation au voyage (II)

    Il est un pays superbe, un pays de Cocagne, dit-on, que je rêve de visiter avec une vieille amie. Pays singulier, noyé dans les brumes de notre Nord, et qu’on pourrait appeler l’Orient de l’Occident, la Chine de l’Europe, tant la chaude et capricieuse fantaisie s’y est donné carrière, tant elle l’a patiemment et opiniâtrement […] Plus

    Lire la suite

  • Le glacier

    I Le cirque entre ses murs puissants tient un espace Que l’œil mesure à peine ; et son immensité Où triomphalement le vol des aigles passe A pour velarium l’azur fin de l’été. Les longs gradins, ce sont les étages sans nombre, Par qui semblent haussés le ciel et l’horizon, Des plateaux largement éclairés ou […] Plus

    Lire la suite

  • A New York

    (pour un orchestre de jazz : solo de trompette) – I – New York ! D’abord j’ai été confondu par ta beauté, ces grandes filles d’or aux jambes longues. Si timide d’abord devant tes yeux de métal bleu, ton sourire de givre Si timide. Et l’angoisse au fond des rues à gratte-ciel Levant des yeux […] Plus

    Lire la suite

  • Pâques à New-York

    Seigneur, c’est aujourd’hui le jour de votre Nom, J’ai lu dans un vieux livre la geste de votre Passion, Et votre angoisse et vos efforts et vos bonnes paroles Qui pleurent dans le livre, doucement monotones. Un moine d’un vieux temps me parle de votre mort. Il traçait votre histoire avec des lettres d’or Dans […] Plus

    Lire la suite

  • Les elfes

    Couronnés de thym et de marjolaine, Les Elfes joyeux dansent sur la plaine. Du sentier des bois aux daims familier, Sur un noir cheval, sort un chevalier. Son éperon d’or brille en la nuit brune ; Et, quand il traverse un ravon de lune, On voit resplendir, d’un reflet changeant, Sur sa chevelure un casque […] Plus

    Lire la suite

  • Les mendiants

    Les jours d’hiver quand le froid serre Le bourg, le clos, le bois, la fange, Poteaux de haine et de misère, Par l’infini de la campagne, Les mendiants ont l’air de fous. Dans le matin, lourds de leur nuit, Ils s’enfoncent au creux des routes, Avec leur pain trempé de pluie Et leur chapeau comme […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.