Les Plus Lus

  • Les elfes

    Couronnés de thym et de marjolaine, Les Elfes joyeux dansent sur la plaine. Du sentier des bois aux daims familier, Sur un noir cheval, sort un chevalier. Son éperon d’or brille en la nuit brune […] Plus

  • Lydia

    (Études latines, XVII) Lydia, sur tes roses joues, Et sur ton col frais et plus blanc Que le lait, coule étincelant L’or fluide que tu dénoues. Le jour qui luit est le meilleur Oublions l’éternelle […] Plus

  • Les éolides

    O brises flottantes des cieux, Du beau Printemps douces haleines, Qui de baisers capricieux Caressez les monts et les plaines ! Vierges, filles d’Eole, amantes de la paix, La Nature éternelle à vos chansons s’éveille […] Plus

  • Aux modernes

    Vous vivez lâchement, sans rêve, sans dessein, Plus vieux, plus décrépits que la terre inféconde, Châtrés dès le berceau par le siècle assassin De toute passion vigoureuse et profonde. Votre cervelle est vide autant que […] Plus

  • La robe du centaure

    Antique Justicier, ô divin Sagittaire, Tu foulais de l’Oita la cime solitaire, Et dompteur en repos, dans ta force couché, Sur ta solide main ton front s’était penché. Les pins de Thessalie, avec de fiers […] Plus

  • La cavale

    Ô jeune cavale, au regard farouche, Qui cours dans les prés d’herbe grasse emplis, L’écume de neige argente ta bouche, La sueur ruisselle à tes flancs polis. Vigoureuse enfant des plaines de Thrace, Tu hennis […] Plus

  • Le coeur de Hialmar

    Une nuit claire, un vent glacé. La neige est rouge. Mille braves sont là qui dorment sans tombeaux, L’épée au poing, les yeux hagards. Pas un ne bouge. Audessus tourne et crie un vol de […] Plus

  • La tristesse du diable

    Silencieux, les poings aux dents, le dos ployé, Enveloppé du noir manteau de ses deux ailes, Sur un pic hérissé de neiges éternelles, Une nuit, s’arrêta l’antique Foudroyé. La terre prolongeait en bas, immense et […] Plus

  • L’abeille

    Sur le vert Hymette, Éros, un matin, Dérobait du miel à la ruche attique, Mais, voyant le Dieu faire son butin, Une prompte abeille accourt et le pique. L’enfant tout en pleurs, le Dieu maladroit, […] Plus

  • La forêt vierge

    Depuis le jour antique où germa sa semence, Cette forêt sans fin, aux feuillages houleux, S’enfonce puissamment dans les horizons bleus Comme une sombre mer qu’enfle un soupir immense. Sur le sol convulsif l’homme n’était […] Plus

  • Nanny

    Bois chers aux ramiers, pleurez, doux feuillages, Et toi, source vive, et vous, frais sentiers ; Pleurez, ô bruyères sauvages, Buissons de houx et d’églantiers ! Du courlis siffleur l’aube saluée Suspend au brin d’herbe […] Plus