Les Plus Lus

  • Tendances C'était OKC'était OK IncroyableIncroyable

    Les pauvres gens

    Il est nuit. La cabane est pauvre, mais bien close. Le logis est plein d’ombre et l’on sent quelque chose Qui rayonne à travers ce crépuscule obscur. Des filets de pêcheur sont accrochés au mur. Au fond, dans l’encoignure où quelque humble vaisselle Aux planches d’un bahut vaguement étincelle, On distingue un grand lit aux […] Plus

    Lire la suite

  • Tendances

    Chez la fleuriste

    Un homme entre chez une fleuriste et choisit des fleurs la fleuriste enveloppe les fleurs l’homme met la main à sa poche pour chercher l’argent l’argent pour payer les fleurs mais il met en même temps subitement la main sur son cœur et il tombe En même temps qu’il tombe l’argent roule à terre et […] Plus

    Lire la suite

  • Dans la Sierra

    J’aime d’un fol amour les monts fiers et sublimes ! Les plantes n’osent pas poser leurs pieds frileux Sur le linceul d’argent qui recouvre leurs cimes ; Le soc s’émousserait à leurs pics anguleux. Ni vigne aux bras lascifs, ni blés dorés, ni seigles ; Rien qui rappelle l’homme et le travail maudit. Dans leur […] Plus

    Lire la suite

  • C'était OKC'était OK

    Les sirènes

    Les Sirènes chantaient… Là-bas, vers les îlots, Une harpe d’amour soupirait, infinie ; Les flots voluptueux ruisselaient d’harmonie Et des larmes montaient aux yeux des matelots. Les Sirènes chantaient… Là-bas, vers les rochers, Une haleine de fleurs alanguissait les voiles ; Et le ciel reflété dans les flots pleins d’étoiles Versait tout son azur en […] Plus

    Lire la suite

  • La Frégate La Sérieuse

    I Qu’elle était belle, ma Frégate, Lorsqu’elle voguait dans le vent ! Elle avait, au soleil levant, Toutes les couleurs de l’agate ; Ses voiles luisaient le matin Comme des ballons de satin ; Sa quille mince, longue et plate, Portait deux bandes d’écarlate Sur vingtquatre canons cachés ; Ses mâts, en arrière penchés, Paraissaient […] Plus

    Lire la suite

  • La chambre de la châtelaine

    « Délivrez-moi de ma lourde parure ; Ces longs habits, cette riche coiffure, Doublent encore la fatigue du soir. L’heure s’avance, et déjà du manoir Les murs épais sont enveloppés d’ombre. Seuls, du soldat veillant dans la nuit sombre, Les pas égaux font retentir les tours ; Hâtez-vous donc, prêtez-moi vos secours ! Je veux […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.