Les Plus Lus

  • C'était OKC'était OK

    La maison du berger

    Si ton coeur, gémissant du poids de notre vie, Se traîne et se débat comme un aigle blessé, Portant comme le sien, sur son aile asservie, Tout un monde fatal, écrasant et glacé ; S’il ne bat qu’en saignant par sa plaie immortelle, S’il ne voit plus l’amour, son étoile fidèle, Eclairer pour lui seul […] Plus

    Lire la suite

  • La frégate « la sérieuse» ou la plainte du capitaine

    (fragment) Qu’elle était belle, ma Frégate, Lorsqu’elle voguait dans le vent ! Elle avait, au soleil levant, Toutes les couleurs de l’agate ; Ses voiles luisaient, le matin, Comme des ballons de satin ; Sa quille mince, longue et plate, Portait deux bandes d’écarlate Sur vingt-quatre canons cachés ; Ses mâts, en arrière penchés, Paraissaient […] Plus

    Lire la suite

  • La Frégate La Sérieuse

    I Qu’elle était belle, ma Frégate, Lorsqu’elle voguait dans le vent ! Elle avait, au soleil levant, Toutes les couleurs de l’agate ; Ses voiles luisaient le matin Comme des ballons de satin ; Sa quille mince, longue et plate, Portait deux bandes d’écarlate Sur vingtquatre canons cachés ; Ses mâts, en arrière penchés, Paraissaient […] Plus

    Lire la suite

  • Le cor

    I J’aime le son du Cor, le soir, au fond des bois, Soit qu’il chante les pleurs de la biche aux abois, Ou l’adieu du chasseur que l’écho faible accueille, Et que le vent du nord porte de feuille en feuille. Que de fois, seul, dans l’ombre à minuit demeuré, J’ai souri de l’entendre, et […] Plus

    Lire la suite

  • Lettre a eva

    Si ton cœur, gémissant du poids de notre vie, Se traîne et se débat comme un aigle blessé, Portant comme le mien, sur mon aile asservie, Tout un monde fatal, écrasant et glacé; S’il ne bat qu’en saignant par sa plaie immortelle S’il ne voit plus l’amour, son étoile fidèle Éclairer pour lui seul l’horizon […] Plus

    Lire la suite

  • La mort du loup

    I … Le Loup vient et s’assied, les deux jambes dressées Par leurs ongles crochus dans le sable enfoncées. Il s’est jugé perdu, puisqu’il était surpris, Sa retraite coupée et tous ses chemins pris ; Alors, il a saisi, dans sa gueule brûlante, Du chien le plus hardi la gorge pantelante Et n’a pas desserré […] Plus

    Lire la suite

  • Le bal

    La harpe tremble encore et la flûte soupire, Car la Walse bondit dans son sphérique empire ; Des couples passagers éblouissent les yeux, Volent entrelacés en cercle gracieux, Suspendent des repos balancés en mesure, Aux reflets d’une glace admirent leur parure, Repartent ; puis, troublés par leur groupe riant, Dans leurs tours moins adroits se […] Plus

    Lire la suite

  • La colère de samson

    … « Une lutte éternelle en tout temps, en tout lieu, Se livre sur la terre, en présence de Dieu, Entre la bonté d’Homme et la ruse de Femme. Car la femme est un être impur de corps et d’âme. « L’homme a toujours besoin de caresse et d’amour, Sa mère l’en abreuve alors qu’il […] Plus

    Lire la suite

  • Le Déluge

    (extrait) La Terre était riante et dans sa fleur première ; Le jour avait encor cette même lumière Qui du Ciel embelli couronna les hauteurs Quand Dieu la fit tomber de ses doigts créateurs. Rien n’avait dans sa forme altéré la nature, Et des monts réguliers l’immense architecture S’élevait jusqu’aux Cieux par ses degrés égaux, […] Plus

    Lire la suite

  • La mort du loup

    I Les nuages couraient sur la lune enflammée Comme sur l’incendie on voit fuir la fumée, Et les bois étaient noirs jusques à l’horizon. Nous marchions sans parler, dans l’humide gazon, Dans la bruyère épaisse et dans les hautes brandes, Lorsque, sous des sapins pareils à ceux des Landes, Nous avons aperçu les grands ongles […] Plus

    Lire la suite

  • Les destinées

    Depuis le premier jour de la créatipn, Les pieds lourds et puissants de chaque Destinée Pesaient sur chaque tête et sur toute action. Chaque front se courbait et traçait sa journée. Comme le font d’un bœuf creuse un sillon profond Sans dépasser la pierre où sa ligne est bornée. Ces froids Déités liaient le joug […] Plus

    Lire la suite

  • La maison du berger (III)

    Eva, qui donc estu ? Saistu bien ta nature ? Saistu quel est ici ton but et ton devoir ? Saistu que, pour punit l’homme, sa créature, D’avoir porté la main sur l’arbre du savoir, Dieu permit qu’avant tout, de l’amour de soimême En tout temps, à tout âge, il fît son bien suprême, Tourmenté […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.