La frégate « la sérieuse» ou la plainte du capitaine

(fragment)

Qu’elle était belle, ma
Frégate,
Lorsqu’elle voguait dans le vent !
Elle avait, au soleil levant,
Toutes les couleurs de l’agate ;
Ses voiles luisaient, le matin,
Comme des ballons de satin ;
Sa quille mince, longue et plate,
Portait deux bandes d’écarlate
Sur vingt-quatre canons cachés ;
Ses mâts, en arrière penchés,
Paraissaient à demi couchés.
Dix fois plus vive qu’un pirate,
En cent jours, du
Havre à
Surate,
Elle nous emporta souvent. –
Qu’elle était belle, ma
Frégate,
Lorsqu’elle voguait dans le vent !

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Hymen

Millibars de l’orage