Dernières histoires

  • Tentation amoureuse .Sur le thème du printemps des poètes 2021 (le désir).

    Tentation amoureuse C’est un léger murmure, cette petite voix Que beaucoup d’entre nous, cachent tout au fond de soi. Parfois elle grandit, devient insupportable, Vous vous dites: c’est qui ? Je vous dis : c’est le diable!   Elle prend des proportions et vous incite à faire, Quelques pas de guingois, […]

  • L’homme de désir

    Les merveilles du Seigneur semblent jetées sans ordre et sans dessein dans le champ de l’immensité. Elles brillent éparses comme ces fleurs innombrables dont le printemps émaille nos prairies. Ne cherchons pas un plan plus régulier pour les décrire. Principe des êtres, tous tiennent à toi. C’est leur liaison secrète avec […]

  • Maximes

    II.. L’amour-propre est le plus grand de tous les flatteurs. XIX. Nous avons tous assez de force pour supporter les maux d’autrui. XXVI. Le soleil ni la mort ne se peuvent regarder fixement. XXXI. Si nous n’avions point de défauts, nous ne prendrions pas tant de plaisir à en remarquer dans […]

  • Une chanson désespérée

    Ton souvenir surgit de la nuit où je suis. La rivière à la mer noue sa plainte obstinée. Abandonné comme les quais dans le matin. C’est l’heure de partir, ô toi l’abandonné! Des corolles tombant, pluie froide sur mon coeur. Ô sentine de décombres, grotte féroce au naufragé! En toi se […]

  • Même avec les dents serrées

    Même avec les dents serrées Même avec nos visages comme l’amour Avec nos visages éclairés par le désir Avec nos visages qui viennent tout à coup de se lever ensemble Proches et semblables délivrés pour un moment unique Ton visage avec des yeux trop grands des cheveux d’or sur des épaules […]

  • La Muse Héroïque

    ODE RÉCITÉE À LA COMÉDIE FRANÇAISE PAR MADEMOISELLE RACHEL La Muse. Peuple, écoute la voix de la Muse héroïque. Pensive et recueillie et tout émue encor, Je viens chanter Corneille, et sur son front stoïque Étendre cette main qui tient des sceptres d’or. Car son esprit vivant dans ma veine circule, […]

  • Songe d’hiver

    A sad tale’s best for winter ; I have one of spirits and goblins. Shakspere, Winter’s tale. Act.II, scène I. I Dans nos longs soirs d’hiver, où, chez le bon Armand, Dans notre farniente adorable et charmant On oubliait le monde aride, Vous demandiez pourquoi sur mon front fatigué, Au milieu […]

  • Ceux qui meurent et Ceux qui combattent – IV. Une Nuit blanche

    La ville, mer immense, avec ses bruits sans nombre, A sur les flots du jour replié ses flots d’ombre, Et la Nuit secouant son front plein de parfums, Inonde le ciel pur de ses longs cheveux bruns. Moi, pensif, accoudé sur la table, j’écoute Cette haleine du soir que je recueille […]

  • Comme tout est triste ici

    Comme tout est triste ici Le vent hurle et la pluie bat les vitres C’est février et je me souviens d’autres mois pareils dans le temps A ce féroce et inhumain désir A cette épreuve de songe et de miroir brisé A cette haine suintante de partout A ce refus A […]

  • La harpe de madame de Genlis

    Comtesse aux yeux dorés, je l’ai toujours connue Cette harpe ; elle était près de votre portrait, Chez mon père ; et, déjà, sa langueur ingénue Faisait un peu semblant de garder un secret. Cette harpe, elle avait orchestré votre vie ; Et, confidente d’un roman cher et fatal, Elle savait […]

  • A Mesdemoiselles

    Aménaïde, Lyzie et Eugénie de Friberg O vous, mes jeunes sœurs que je ne connais pas ! Sur l’éternel gazon que caressent vos pas Je vous vois passer souriantes. C’est en vain que Thétis, reine du gouffre amer, Vous cache à mes regards, ô perles de la mer, Dans ses Antilles […]

  • Battez, tambours de Santerre !

    Le 21 janvier s’achevait. Louis XVI gravissait les marches de l’échafaud. Au moment où Corsaire Sanglot débouchait sur la place par la rue Royale et qu’il remarquait, avec satisfaction, qu’on avait remplacé le magnifique obélisque par l’adorable guillotine, une compagnie de tambours avec leurs baudriers blancs en peau s’alignait contre le […]