Les Plus Lus

  • Pour le retour du Soleil honorer

    Pour le retour du Soleil honorer, Le Zéphir l’air serein lui appareille, Et du sommeil l’eau et la terre éveille, Qui les gardait, l’une de murmurer En doux coulant, l’autre de se parer De mainte fleur de couleur nonpareille. Jà les oiseaux ès arbres font merveille, Et aux passants font l’ennui modérer ; Les nymphes […] Plus

    Lire la suite

  • C'était OKC'était OK

    Diane étant en l’épaisseur d’un bois

    Diane étant en l’épaisseur d’un bois, Après avoir mainte bête assénée, Prenait le frais, de Nymphes couronnée. J’allais rêvant, comme fais mainte fois, Sans y penser, quand j’ouïs une voix Qui m’appela, disant : Nymphe étonnée, Que ne t’estu vers Diane tournée ? Et, me voyant sans arc et sans carquois : Qu’astu trouvé, ô […] Plus

    Lire la suite

  • Claire Vénus, qui erres par les Cieux

    Claire Vénus, qui erres par les Cieux, Entends ma voix qui en plaints chantera, Tant que ta face au haut du Ciel luira, Son long travail et souci ennuyeux. Mon oeil veillant s’attendrira bien mieux, Et plus de pleurs te voyant jettera. Mieux mon lit mol de larmes baignera, De ses travaux voyant témoins tes […] Plus

    Lire la suite

  • Sonnet de la belle cordière

    Las ! cettui jour, pourquoi l’aije dû voir, Puisque ses yeux allaient ardre mon âme ? Doncques, Amour, fautil que par ta flamme Soit transmué notre heur en désespoir ! Si on savait d’aventure prévoir Ce que vient lors, plaints, poinctures et blâmes ; Si fraîche fleur évanouir son bâme Et que tel jour fait […] Plus

    Lire la suite

  • Luisant Soleil, que tu es bienheureux

    Luisant Soleil, que tu es bienheureux De voir toujours de t’Amie la face ! Et toi, sa soeur, qu’Endymion embrasse, Tant te repais de miel amoureux ! Mars voit Vénus ; Mercure aventureux De Ciel en Ciel, de lieu en lieu se glace ; Et Jupiter remarque en mainte place Ses premiers ans plus gais […] Plus

    Lire la suite

  • C'était OKC'était OK

    Depuis qu’Amour cruel empoisonna

    Depuis qu’Amour cruel empoisonna Premièrement de son feu ma poitrine, Toujours brûlai de sa fureur divine, Qui un seul jour mon coeur n’abandonna. Quelque travail, dont assez me donna, Quelque menace et prochaine ruine, Quelque penser de mort qui tout termine, De rien mon coeur ardent ne s’étonna. Tant plus qu’Amour nous vient fort assaillir, […] Plus

    Lire la suite

  • Quand j’aperçois ton blond chef, couronné

    Quand j’aperçois ton blond chef, couronné D’un laurier vert, faire un luth si bien plaindre Que tu pourrais à te suivre contraindre Arbres et rocs ; quand je te vois orné, Et, de vertus dix mille environné, Au chef d’honneur plus haut que nul atteindre, Et des plus hauts les louanges éteindre, Lors dit mon […] Plus

    Lire la suite

  • Luth, compagnon de ma calamité

    Luth, compagnon de ma calamité, De mes soupirs témoin irréprochable, De mes ennuis contrôleur véritable, Tu as souvent avec moi lamenté ; Et tant le pleur piteux t’a molesté Que, commençant quelque son délectable, Tu le rendais tout soudain lamentable, Feignant le ton que plein avais chanté. Et si tu veux efforcer au contraire, Tu […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.