Aux ambulancières de la Croix-Rouge

Avez-vous quelque espoir dans la paix ! Donnez-m’en.
Mais on s’arme. Toujours l’homme, hélas ! loup pour l’homme !
Toujours le « væ victis » du Barbare dans Rome !
Et la fraternité n’est qu’un fade roman.

Sous la tunique sombre ou sous le clair dolman,
Nos fils iront en guerre et seront fauchés comme
Les blés mûrs; et, tombant sous le coup qui l’assomme,
Le malheureux blessé criera d’instinct : « Maman ! »

Quelle horreur ! — Ah ! du moins, femmes, soyez bénies,
Qui, dans un noble élan, vous êtes réunies
Pour ces enfants à qui tant de mal sera fait.

Mutilés et sanglants, dans leur détresse amère,
Ils verront la Patrie assise à leur chevet,
Et dans chaque Française ils auront une mère.

Voter pour ce poème!

François Coppée Apprenti Poète

Par François Coppée

François Édouard Joachim Coppée, né le 26 janvier 1842 à Paris où il est mort le 23 mai 1908, est un poète, dramaturge et romancier français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Rejoignez notre cercle de mots. Votre commentaire est le bienvenu.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Au théâtre

Aux amputés de la guerre