Les Plus Lus

  • Hot Popular C'était OKC'était OK BofBof

    Les séparés (N’écris pas…)

    N’écris pas. Je suis triste, et je voudrais m’éteindre. Les beaux étés sans toi, c’est la nuit sans flambeau. J’ai refermé mes bras qui ne peuvent t’atteindre, Et frapper à mon coeur, c’est frapper au tombeau. N’écris pas ! N’écris pas. N’apprenons qu’à mourir à nous-mêmes. Ne demande qu’à Dieu… qu’à toi, si je t’aimais […] Plus

    Lire la suite

  • La jalousie

    Qu’as-tu fait d’un aveu doux à ton espérance ? Mes pleurs, qu’en as-tu fait ? Ton bonheur d’un moment. Les secrets de mon âme ont aigri ta souffrance, Et, pour y croire enfin, tu voulus un serment. Le serment est livré : tu ne crois pas encore, Tu doutes des parfums en respirant les fleurs […] Plus

    Lire la suite

  • La séparation

    Il le faut, je renonce à toi ; On le veut, je brise ta chaîne. Je te rends tes serments, ta foi : Sois heureux, quitte-moi sans peine. Séparons-nous… attends, hélas ! Mon cœur encor ne se rend pas ! Toi qui fus mes seules amours, Le charme unique de ma vie, Une autre fera […] Plus

    Lire la suite

  • Les fleurs

    Oh ! de l’air ! des parfums ! des fleurs pour me nourrir ! Il semble que les fleurs alimentent ma vie ; Mais elles vont mourir…. Ah ! je leur porte envie : Mourir jeune, au soleil, Dieu ! que c’est bien mourir ! Pour éteindre une fleur il faut moins qu’un orage : […] Plus

    Lire la suite

  • L’exilé

    « Oui, je le sais, voilà des fleurs, Des vallons, des ruisseaux, des prés et des feuillages ; Mais une onde plus pure et de plus verts ombrages Enchantent ma pensée, et me coûtent des pleurs ! Oui, je le vois, ces frais zéphyrs Caresssent en jouant les naïves bergères ; Mais d’un zéphyr plus […] Plus

    Lire la suite

  • Le serment

    Idole de ma vie, Mon tourment, mon plaisir, Dis-moi si ton envie S’accorde à mon désir ? Comme je t’aime en mes beaux jours, Je veux t’aimer toujours. Donne-moi l’espérance ; Je te l’offre en retour. Apprends-moi la constance ; Je t’apprendrai l’amour. Comme je t’aime en mes beaux jours, Je veux t’aimer toujours. Sois […] Plus

    Lire la suite

  • A Rouen, rue Ancrière

    Je n’ai vu qu’un regard de cette belle morte A travers le volet qui touche à votre porte, Ma soeur, et sur la vitre où passa ce regard, Ce fut l’adieu d’un ange obtenu par hasard. Et dans la rue encore on dirait, quand je passe, Que l’adieu reparaît à la claire surface. Mais il […] Plus

    Lire la suite

  • La vallée

    Non ! je ne verrai plus de si belle vallée, Que celle où sur tes pas je descendis un jour ; Où l’eau, parmi les fleurs lentement écoulée, Trouve une eau qui la cherche et s’y joint sans retour. J’étais bien ! tout parlait à mon âme ravie. Ah ! les derniers rayons du jour […] Plus

    Lire la suite

  • Le bal

    L’heure du bal, enfin, se fait entendre, Le plaisir sonne, et tu le fais attendre ! Depuis huit jours, il a pris pour signal L’heure du bal. Où sont les fleurs dont l’éclat étincelle ? Elles mourront en te voyant si belle. Mais, sous ta main, je vois rouler des pleurs… Où sont les fleurs […] Plus

    Lire la suite

  • La ronce

    Pour me plaindre ou m’aimer je ne cherche personne ; J’ai planté l’arbre amer dont la sève empoisonne. Je savais, je devais savoir quel fruit affreux Naît d’une ronce aride au piquant douloureux. Je saigne. Je me tais. Je regarde sans larmes Des yeux pour qui mes pleurs auraient de si doux charmes. Dans le […] Plus

    Lire la suite

  • La promenade d’automne

    Te souvient-il, ô mon âme, ô ma vie, D’un jour d’automne et pâle et languissant ? Il semblait dire un adieu gémissant Aux bois qu’il attristait de sa mélancolie. Les oiseaux dans les airs ne chantaient plus l’espoir ; Une froide rosée enveloppait leurs ailes, Et, rappelant au nid leurs compagnes fidèles, Sur des rameaux […] Plus

    Lire la suite

  • L’esclave et l’oiseau

    Ouvre ton aile au vent, mon beau ramier sauvage, Laisse à mes doigts brisés ton anneau d’esclavage ! Tu n’as que trop pleuré ton élément, l’amour ; Sois heureux comme lui : sauvetoi sans retour ! Que tu montes la nue, ou que tu rases l’onde, Souvienstoi de l’esclave en traversant le monde : L’esclave […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.