La jalousie

Qu’as-tu fait d’un aveu doux à ton espérance ?
Mes pleurs, qu’en as-tu fait ? Ton bonheur d’un moment.
Les secrets de mon âme ont aigri ta souffrance,
Et, pour y croire enfin, tu voulus un serment.

Le serment est livré : tu ne crois pas encore,
Tu doutes des parfums en respirant les fleurs ;
Tu voudrais ajouter des rayons à l’aurore,
Au soleil des flambeaux, à l’iris des couleurs.

Incrédule, inquiète, ingrate jalousie !
Amour, aveugle amour qui méconnaît l’amour !
Qui regarde un ciel pur, et demande le jour ;
Oh ! que je… que je t’aime, aimable frénésie !

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments