Les Plus Lus

  • Je me de de

    Je me vermine je me métaphysique je me termite je m’albumine je me métamorphose je me métempsychose me dilapide je n’en aurai jamais fini Je me reprends je me dévore je me sournoise je me cloaque et m’analyse je me de de je m’altruise je deviens mon altcr ego je me cache sous les couvertures […] Plus

    Lire la suite

  • Blason d’amour

    Ne ferme pas la porte de cristal laisse entrer les voyelles de neige puisque tout est propre à l’horizon de tes yeux de source pure de tes yeux de double vue qui sont un tendre couple de castors L’ombre est au cran d’arrêt couteau plongé dans la racine mère des élégances cardiaques l’ombre du premier […] Plus

    Lire la suite

  • Les traces de l’intelligible

    Il faut éteindre la lumière pour ne pas injurier l’aurore Il faut une attention princière pour saluer comme un devin la nuit de sang qui se retire Il faut une grande misère pour ne plus mesurer le temps Il convient de demeurer seul pour discerner dans le néant les traces de l’intelligible Ayant survécu au […] Plus

    Lire la suite

  • Nuages

    Le vent travaille les nuages dans la grande ignorance sacrée de tout ce qui pourra en advenir Et la parole est aux nuages : et falaise et visage et continent perdu et colombe de paix survolant les vestiges et femmes aux croupes voluptueuses immenses déchirures incroyable empoignade de formes enlassement vertigineux de corps mouvances des […] Plus

    Lire la suite

  • Art poétique

    ÉCRITS SUR UN DRAPEAU QUI BRÛLE (1948) Écrit sur un drapeau qui brûle le collage des contrastes le colloque des contraires union confusion fusion action l’oiselet dans le vent le désir dans le rêve la neige de l’intégrité le désespoir qui brise sa rapière L’invisible se proportionne aux dialectes de nos rêves J’en parle pour […] Plus

    Lire la suite

  • Pour cause déterminée

    Fils d’un prêtre et de quelle égliseEnfant de quelle mère aux ferments apaisésPour jouets j’ai pris les vases sacrésMultipliant les sacrilèges Il est mort sans déséquilibreTel un enfant fraîchement baptiséPlus près de sa divinitéQue de nous et que de lui-même Je sais le chemin du cimetièreJe sais parmi d’autres tombeauxSon blanc tombeau de blanches pierresJe […] Plus

    Lire la suite

  • Exhortation

    à Christiane Bêcher Croyez-m’en bien mon vieil ami on a coupé mes ailes on a brouillé mon ciel on a miné la terre sous mes pas d’espérance on a tué mon ange on a brûlé mon âme on a drogué mon cœur on a sali mon rêve on a déchiré mon beau costume dans une […] Plus

    Lire la suite

  • Eva – d’ombre et de sang (1946)

    Femme ténébreuse errante de la mauvaise vertu errante du bien pour le mal adroite et décidément maladroite parmi les rideaux de rêve et de soie parmi les pains de chaleur de chair et de sang parmi l’homme dépaysé d’être lui-même femme dangereuse légèrement inclinée dans le vent des miracles légèrement vêtue dans le vent du […] Plus

    Lire la suite

  • Sommeil

    Je dors depuis toujours dans les mêmes poumons de vieux silence chromatique où s’engouffre la respiration des astres je dors depuis toujours dans la même nuit d’hérédité dans le grand lit de mère en fils dans cette alcôve aux serrures de pain bleu aux lourds tapis de loutres volontaires Je dors depuis toujours dans le […] Plus

    Lire la suite

  • Ecorces du temps 1947

    On discute de coups d’état de jeunes reines profanées de sphynx soumis à la question d’inquiétantes razzias nocturnes On parle d’ecorcher le temps pour effacer ses tatouages Se dresse l’inventaire des espèces charnelles La mémoire de sang réinvente l’amour dans la nuit du destin au delta de dentell La bagarre c’est la bagarre donneurs de […] Plus

    Lire la suite

  • Exploration

    à Walthère Meurens Il m’était advenu explorant mes cavernes de devenir à mon insu le métaphysique propriétaire d’une montre au remontoir miraculeux dont les aiguilles tournaient de droite à gauche avec une exemplaire exactitude tournaient de droite à gauche contrairement à l’usage établi contrairement aussi vous l’avez soupçonné bien naturellement au sillage insolent du soleil […] Plus

    Lire la suite

  • Au jour la vie

    Antan qui veut dire jadis est un piège de seins fanés voyageur nain dans le wagon géant entends tourner le long disque des roues sur l’aiguille du rail Danse chante pense ou pleure au rythme de la matière selon ta nocturne et profonde nature et tu verras bientôt dans le disque lunaire plus belle que […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.