L’arbre qui voulait voyager

L’arbre qui voulait voyager

– À mon amie Isabelle Gayet –

© Noël Métallier – Août 2020

L’arbre qui voulait voyager,

Fortes racines bien ancrées,

Longs bras maigres tendus en l’air,

Se morfond et se désespère.

Il accueille les voyageurs,

Tous les oiseaux, tous les marcheurs

Qui partent vers d’autres contrées

Après s’être un peu reposés.

Mais lui, toujours il reste là,

Il bouge mais n’avance pas,

Sans espoir d’un autre horizon,

Cette prairie est sa prison.

Graine, le vent l’a emporté,

Ici, il s’est enraciné,

Cette terre qui le retient

Lui a dérobé son destin.

Quand le bucheron est venu

Pour mettre le terrain à nu,

Le grand arbre, sous la cognée,

Sur le flanc, enfin, s’est couché.

Son tronc donna de belles planches,

Mais, lorsque l’on brûla ses branches,

L’arbre qui voulait voyager

Parcourut le monde en fumée.

Voter pour ce poème!

1 Point
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Âme, belle âme