Les Plus Lus

  • Vous souvient-il de l’auberge

    Vous souvient-il de l’auberge Et combien j’y fus galant ? Vous étiez en piqué blanc : On eût dit la Sainte Vierge. Un chemineau navarrais Nous joua de la guitare. Ah ! que j’aimais la Navarre, Et l’amour, et le vin frais. De l’auberge dans les Landes Je rêve, – et voudrais revoir L’hôtesse au […] Plus

    Lire la suite

  • Rêves d’enfant

    Contrerime XIX. Circé des bois et d’un rivage Qu’il me semblait revoir, Dont je me rappelle d’avoir Bu l’ombre et le breuvage ; Les tambours du Morne Maudit Battant sous les étoiles Et la flamme où pendaient nos toiles D’un éternel midi ; Rêves d’enfant, voix de la neige, Et vous, murs où la nuit […] Plus

    Lire la suite

  • Aimez-vous le passé

    Aimez-vous le passé Et rêver d’histoires Évocatoires Aux contours effacés ? Les vieilles chambres Veuves de pas Qui sentent tout bas L’iris et l’ambre ; La pâleur des portraits, Les reliques usées Que des morts ont baisées, Chère, je voudrais Qu’elles vous soient chères, Et vous parlent un peu D’un coeur poussiéreux Et plein de […] Plus

    Lire la suite

  • L’ingénue

    Contrerime XXXIII. D’une amitié passionnée Vous me parlez encor, Azur, aérien décor, Montagne Pyrénée, Où me trompa si tendrement Cette ardente ingénue Qui mentait, fût-ce toute nue, Sans rougir seulement. Au lieu que toi, sublime enceinte, Tu es couleur du temps : Neige en Mars ; roses du printemps… Août, sombre hyacinthe. Ajouter aux favoris […] Plus

    Lire la suite

  • Douce plage où naquit mon âme

    Contrerime XLVI. Douce plage où naquit mon âme ; Et toi, savane en fleurs Que l’Océan trempe de pleurs Et le soleil de flamme ; Douce aux ramiers, douce aux amants, Toi de qui la ramure Nous charmait d’ombre, et de murmure, Et de roucoulements ; Où j’écoute frémir encore Un aveu tendre et fier […] Plus

    Lire la suite

  • La cigale

    Contrerime XXX. Quand nous fûmes hors des chemins Où la poussière est rose, Aline, qui riait sans cause En me touchant les mains ; – L’Écho du bois riait. La terre Sonna creux au talon. Aline se tut : le vallon Etait plein de mystère… Mais toi, sans lymphe ni sommeil, Cigale en haut posée, […] Plus

    Lire la suite

  • L’Alchimiste

    Satan, notre meg, a dit Aux rupins embrassés des rombières : ” Icicaille est le vrai paradis ” Dont les sources nous désaltèrent. ” La vallace couleur du ciel ” Y lèche le long des allées ” Le pavot chimérique et le bel ” Iris, et les fleurs azalées. ” La douleur, et sa soeur […] Plus

    Lire la suite

  • Rêves d’enfant

    Circé des bois et d’un rivage Qu’il me semblait revoir, Dont je me rappelle d’avoir Bu l’ombre et le breuvage ; Les tambours du Morne Maudit Battant sous les étoiles Et la flamme où pendaient nos toiles D’un éternel midi ; Rêves d’enfant, voix de la neige, Et vous, murs où la nuit Tournait avec […] Plus

    Lire la suite

  • Vous souvient-il de l’auberge

    Vous souvientil de l’auberge Et combien j’y fus galant ? Vous étiez en piqué blanc : On eût dit la Sainte Vierge. Un chemineau navarrais Nous joua de la guitare. Ah ! que j’aimais la Navarre, Et l’amour, et le vin frais. De l’auberge dans les Landes Je rêve, et voudrais revoir L’hôtesse au sombre […] Plus

    Lire la suite

  • Puisque tes jours ne t’ont laissé

    Puisque tes jours ne t’ont laissé Qu’un peu de cendre dans la bouche, Avant qu’on ne tende la couche Où ton coeur dorme, enfin glacé, Retourne, comme au temps passé, Cueillir, près de la dune instable, Le lys qu’y courbe un souffle amer, Et grave ces mots sur le sable : Le rêve de l’homme […] Plus

    Lire la suite

  • Dans le lit vaste et dévasté

    Dans le lit vaste et dévasté J’ouvre les yeux près d’elle ; Je l’effleure : un songe infidèle L’embrasse à mon côté. Une lueur tranchante et mince Echancre mon plafond. Très loin, sur le pavé profond, J’entends un seau qui grince… Contrerimes Ajouter aux favoris 0 Plus

    Lire la suite

  • C’était sur un chemin crayeux

    Contrerime LVIII. C’était sur un chemin crayeux Trois châtes de Provence Qui s’en allaient d’un pas qui danse Le soleil dans les yeux. Une enseigne, au bord de la route, – Azur et jaune d’oeuf, – Annonçait : Vin de Châteauneuf, Tonnelles, Casse-croûte. Et, tandis que les suit trois fois Leur ombre violette, Noir pastou, […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.