Imaginoires

Veuves blanches du matin
Black
Widow du soir livides fées d’hiver que leur histoire dévore

Imaginoires

le creux, le vide

l’homme de neige et la mort

Imaginoires

les amoureux d’amiante

enfin seuls réunis

assis sur un poêle rouge et noir

contemplent frémissants

les ruines d’une bougie

Imaginoires

la clef des songes

affolée

dans la serrure rouillée

de la réalité

Imaginoires

les souterrains, les zèbres et la glace brisée la peinture, le peintre l’atelier, le chevalet

Imaginoires

le blanc

Imaginoires

le noir

Imaginoires

l’inimaginable magie

du manège des images, des visages et des mirages

de la vie

Imaginoires

le peintre habite
Arcueil

et de sa fenêtre on peut voir

les quelques arbres aux quelques feuilles

et puis dans le lointain

les dernières lumières du soir

crépiter sur les vitres

des casernes ouvrières du
Kremlin-Bicêtre

avec encore plus loin

une invraisemblable et obsédante fabrique

de boutons de guêtre

Imaginoires

quand il en manque un à la fin de la dure journée un ouvrier tiré au sort termine collé au mur sa pauvre destinée

Imaginoires

les lueurs, les clameurs de l’aurore

Imaginoires

Mais l’on peut voir aussi bien sûr

Et tout bonnement

parce qu’il habitait là

du temps de son magnifique vivant

l’ombre solaire du marquis de
Sade

qui se promène devant

l’école d’Arcueil

dans les feux du couchant

et qui donne en passant

de grands coups de chapeau

marquis

à l’ombre bienveillante et douce

d’Erik
Satie

Imaginoires

Vous dis-je

et curieux à entendre

le délirant concert des vieux enfants prodiges

de l’école d’Arcueil
Cachan

quand ils jouent de mémoire

surgissant des décombres du temps

les
Morceaux en forme de poire

et le
Prélude
Flasque pour un chien

à l’occasion

du vernissage

des nouveaux souterrains de
Vasarely

petite ville de
Hongrie

récemment découverte aux portes de
Paris

Imaginoires

la critique d’art

Imaginoires

l’abbé
Moral

sans oublier
Waldemar
George
Ohnet

Voter pour ce poème!

Laisser un commentaire

Pieusement

Cœur de docker