Dernières histoires

  • L’homme de désir

    Les merveilles du Seigneur semblent jetées sans ordre et sans dessein dans le champ de l’immensité. Elles brillent éparses comme ces fleurs innombrables dont le printemps émaille nos prairies. Ne cherchons pas un plan plus régulier pour les décrire. Principe des êtres, tous tiennent à toi. C’est leur liaison secrète avec […]

  • On dit qu’à Noël…

    À Mademoiselle M. R. On dit qu’à Noël, dans les étables, à minuit, l’âne et le bœuf, dans l’ombre pieuse, causent. Je le crois. Pourquoi pas ? Alors, la nuit grésille : les étoiles font un reposoir et sont des roses. L’âne et le bœuf ont ce secret pendant l’année. On […]

  • Il y a un petit cordonnier…

    À Stéphane Mallarmé Il y a un petit cordonnier naïf et bossu qui travaille devant de douces vitres vertes. Le dimanche il se lève et se lave et met sur lui du linge propre et laisse la fenêtre ouverte. Il est si peu instruit que, bien que marié, il ne parle […]

  • La vague

    Où allez-vous, vague profonde ? Visage vert, œil de corail Aveugle fou que l’infini assaille. – Que traînez-vous sur votre épaule ? Un bateau cimetière, un silence Le corps cuivré d’un poisson mort. – Que chantez-vous, belle lumière ? Livre nouveau du Dieu Neptune Écriture du vent qui attend une voile. […]

  • Prophétie

    Un jour la Terre ne sera Qu’un aveugle espace qui tourne Confondant la nuit et le jour. Sous le ciel immense des Andes Elle n’aura plus de montagnes, Même pas un petit ravin. De toutes les maisons du monde Ne durera plus qu’un balcon Et de l’humaine mappemonde Une tristesse sans […]

  • Ver-vert – Chanson

    À Nevers donc, chez les Visitandines, Vivait naguère un perroquet fameux, À qui son art et son cœur généreux, Ses vertus même, et ses grâces badines, Auraient dû faire un sort moins rigoureux. Si les bons cœurs étaient toujours heureux. Ver-Vert (c’était le nom du personnage). Transplanté là de l’indien rivage, […]

  • A Harouth Costtandian

    J’ai tué la petite bête noire qui chantait comme un grelot Je suis voué à la réprobation J’ai supprimé la Vie D’un coup de talon j’ai brisé une espérance de mille années J’ai accompli ce crime sans rien savoir de la lumière Il ne reste qu’une aile brillante sur ma chaussure […]

  • Lettres perdues

    Par les fentes de l’éternité Nous parlerons ensemble Cherchant nos souffles Peu à peu laissant nos voix Se réaccorder Toi ciel moi terre Nous parlerons longtemps longtemps Jusqu’à ce que l’été Nous couvre de volubilis Autour de moi les grandes fleurs Muselées du jour Mon cœur comme la mer Se retire […]

  • Tour Eiffel

    Tour Eiffel, grandis, monte encore Dans la lumière et dans l’aurore, Dans les éthers silencieux. Née entre les pieds noirs d’Hécate, Monte, grande fleur délicate, Mets ton front dans les sombres cieux. Car un génie au coeur de flamme Fouille la terre jusqu’à l’âme Et jusqu’aux portes de l’enfer, Et pour […]

  • Érato

    Nature, où sont tes Dieux ? Ô prophétique aïeule, Ô chair mystérieuse où tout est contenu, Qui pendant si longtemps as vécu de toi seule Et qui sembles mourir, parle, qu’est devenu Cet âge de vertu que chaque jour efface, Où le sourire humain rayonnait sur ta face ? Où s’est […]

  • La Muse Héroïque

    ODE RÉCITÉE À LA COMÉDIE FRANÇAISE PAR MADEMOISELLE RACHEL La Muse. Peuple, écoute la voix de la Muse héroïque. Pensive et recueillie et tout émue encor, Je viens chanter Corneille, et sur son front stoïque Étendre cette main qui tient des sceptres d’or. Car son esprit vivant dans ma veine circule, […]