Les Plus Lus

  • Le feu du ciel

    24. Alors le Seigneur fit descendre du ciel sur Sodome et sur Gomorrhe une pluie de soufre et de feu. 25. Et il perdit ces villes avec tous leurs habitant, Tout le pays à l’entour avec ceux qui l’habitaient, Et tout ce qui avait quelque verdeur sur la terre. Genèse. I. La voyez-vous passer, la […] Plus

    Lire la suite

  • Les jardins

    …Désirezvous un lieu propice à vos travaux ? Loin des champs trop unis, des monts trop inégaux, J’aimerais ces hauteurs où, sans orgueil, domine Sur un riche vallon une belle colline. Là, le terrain est doux sans insipidité, Élevé sans raideur, sec sans aridité. Vous marchez : l’horizon vous obéit : la terre S’élève ou […] Plus

    Lire la suite

  • La femme

    Je l’ai dit quelque part, les penseurs d’autrefois, Épiant l’inconnu dans ses plus noires lois, Ont tous étudié la formation d’Ève. L’un en fit son problème et l’autre en fit son rêve. L’horreur sacrée étant dans tout, se pourrait-il Que la femme, cet être obscur, puissant, subtil, Fût double, et, tout ensemble ignorée et charnelle, […] Plus

    Lire la suite

  • Le glacier

    I Le cirque entre ses murs puissants tient un espace Que l’œil mesure à peine ; et son immensité Où triomphalement le vol des aigles passe A pour velarium l’azur fin de l’été. Les longs gradins, ce sont les étages sans nombre, Par qui semblent haussés le ciel et l’horizon, Des plateaux largement éclairés ou […] Plus

    Lire la suite

  • Le café

    Il est une liqueur, au poëte plus chère, Qui manquait à Virgile, et qu’adorait Voltaire ; C’est toi, divin café, dont l’aimable liqueur Sans altérer la tête épanouit le coeur. Aussi, quand mon palais est émoussé par l’âge, Avec plaisir encor je goûte ton breuvage. Que j’aime à préparer ton nectar précieux ! Nul n’usurpe […] Plus

    Lire la suite

  • Un plaisant

    C’était l’explosion du nouvel an : chaos de boue et de neige, traversé de mille carrosses, étincelant de joujoux et de bonbons, grouillant de cupidités et de désespoirs, délire officiel d’une grande ville fait pour troubler le cerveau du solitaire le plus fort. Au milieu de ce tohu-bohu et de ce vacarme, un âne trottait […] Plus

    Lire la suite

  • Pendant que la mer gronde

    Pendant que la mer gronde et que les vagues roulent, Et que sur l’horizon les tumultes s’écroulent, Ce veilleur, le poète, est monté sur sa tour. Ce qu’il veut, c’est qu’enfin la concorde ait son tour. Jadis, dans les temps noirs comme ceux où nous sommes, Le poète pensif ne se mêlait aux hommes Que […] Plus

    Lire la suite

  • Migration

    Soudain, la vie l’etonnement de la mer De quelle fêlure l’errance de quelle écharde l’origine infinie qui se dérobe ? Devant toi la mer son alphabet d’esquifs et légendes sa rotondité en trompe l’œil ses vieux nomades célibataires à l’écoute des dernières sirènes Derrière toi la mer tes racmes en convulsions une terre celée au […] Plus

    Lire la suite

  • Poème vertical

    En ce jour déjà détaché de sa vieille rive Oser chercher les mots d’un poème introuvable Oser recommencer C’est trop Trop de cris jugulés trop de villes cuirassées Ont changé l’univers en une sourde guerre Pourtant je recommence à cogner à cette double porte Je m’infiltre dans l’écorce et dans les carapaces Je suis celui […] Plus

    Lire la suite

  • Châtiment de l’orgueil

    En ces temps merveilleux où la Théologie Fleurit avec le plus de sève et d’énergie On raconte qu’un jour un docteur des plus grands, – Après avoir forcé les coeurs indifférents ; Les avoir remués dans leurs profondeurs noires ; Après avoir franchi vers les célestes gloires Des chemins singuliers à lui-même inconnus, Où les […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.