Quatrains pour hélène

à
Hélène
Locoge

Mon cœur était terre d’Arizona

et il y eut en lui d’immenses chevauchées

et des points d’eau précieux

où la liberté venait boire au crépuscule

Notre destin de transparence

la fin méprisant les moyens

l’âme jouant le quitte ou double

l’éternité qui nous adoube

Je fréquente le
Christ dans la lumière blanche

il est si mal noté par les mauvais apôtres

par ses amis ses ennemis par tous les autres

que je n’ose sortir avec lui le dimanche

A bon chagrin bon éléphant

à bon entendeur une larme

de quoi vêtir ce diamant

qui frissonnait dans mon alarme

N’exigez pas de l’analyse ni le pourquoi

ni le comment

quand j’ouvrirai cette valise s’envoleront

seize éléphants

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Voyant l’ambition, l’envie, et l’avarice

Le Carré pointu