Les Plus Lus

  • Iguazu

    ravers la Pampa n’ayant pour relief que des vaches condamnées à brouter dès le premier tremblement du jour jusqu’à ce que l’herbe ait un goût de crépuscule, roule le train comminatoire qui vise de tout son fer le Nord guarani. Tout d’un coup voici un palmier en pleine campagne, un palmier d’origine, un palmier de […] Plus

    Lire la suite

  • BofBof

    L’art poétique (Chant III)

    Il n’est point de serpent, ni de monstre odieux, Qui, par l’art imité, ne puisse plaire aux yeux ; D’un pinceau délicat l’artifice agréable Du plus affreux objet fait un objet aimable. Ainsi, pour nous charmer, la Tragédie en pleurs D’Œdipe tout sanglant fit parler les douleurs, D’Oreste parricide exprima les alarmes, Et, pour nous […] Plus

    Lire la suite

  • Le Cimetière marin

    Ce toit tranquille, où marchent des colombes, Entre les pins palpite, entre les tombes; Midi le juste y compose de feux La mer, la mer, toujours recommencée Ô récompense après une pensée Qu’un long regard sur le calme des dieux! Quel pur travail de fins éclairs consume Maint diamant d’imperceptible écume, Et quelle paix semble […] Plus

    Lire la suite

  • Les Poètes

    SHAKESPEARE. À lui la baguette magique Le pouvoir de tout enchaîner ; Il riva la Nature aux plis de sa tunique, Et la Création a su le couronner. MILTON. Son esprit était un pactole Dont les flots roulaient de l’or pur, Un temple à la vertu dont la vaste coupole Se perdait dans les cieux […] Plus

    Lire la suite

  • Lux

    I. Temps futurs ! vision sublime ! Les peuples sont hors de l’abîme. Le désert morne est traversé. Après les sables, la pelouse ; Et la terre est comme une épouse, Et l’homme est comme un fiancé ! Dès à présent l’œil qui s’élève Voit distinctement ce beau rêve Qui sera le réel un jour […] Plus

    Lire la suite

  • Le serment

    Idole de ma vie, Mon tourment, mon plaisir, Dis-moi si ton envie S’accorde à mon désir ? Comme je t’aime en mes beaux jours, Je veux t’aimer toujours. Donne-moi l’espérance ; Je te l’offre en retour. Apprends-moi la constance ; Je t’apprendrai l’amour. Comme je t’aime en mes beaux jours, Je veux t’aimer toujours. Sois […] Plus

    Lire la suite

  • Ce siècle avait deux ans

    Data fata secutus. DEVISE DES ST-JOHN. Ce siècle avait deux ans ! Rome remplaçait Sparte, Déjà Napoléon perçait sous Bonaparte, Et du premier consul, déjà, par maint endroit, Le front de l’empereur brisait le masque étroit. Alors dans Besançon, vieille ville espagnole, Jeté comme la graine au gré de l’air qui vole, Naquit d’un sang […] Plus

    Lire la suite

  • Chanson du geÔlier

    Où vas-tu beau geôlier Avec cette clé tachée de sang Je vais délivrer celle que j’aime S’il en est encore temps Et que j’ai enfermée Tendrement cruellement Au plus secret de mon désir Au plus profond de mon tourment Dans les mensonges de l’avenir Dans les bêtises des serments Je veux la délivrer Je veux […] Plus

    Lire la suite

  • Hermès

    PROLOGUE Dans nos vastes cités, par le sort partagés, Sous deux injustes lois les hommes sont rangés. Les uns. princes et grands, d’une avide opulence Étalent sans pudeur la barbare insolence ; Les autres, sans pudeur vils clients de ces grands. Vont ramper sous les murs qui cachent leurs tyrans, Admirer ces palais aux colonnes […] Plus

    Lire la suite

  • L’enfant

    Quand l’enfant nous regarde, on sent Dieu nous sonder ; Quand il pleure, j’entends le tonnerre gronder, Car penser c’est entendre, et le visionnaire Est souvent averti par un vague tonnerre. Quand ce petit être, humble et pliant les genoux, Attache doucement sa prunelle sur nous, Je ne sais pas pourquoi je tremble ; quand […] Plus

    Lire la suite

  • Un corbillard passe

    Voici la mort dans son faste lourd. Un corps de plus qu’il faut engloutir ! Et la coutume, avant d’en finir, Veut qu’on le traîne insensible et sourd, Vers l’ouragan des notes funèbres D’un orgue aveugle et fou de ténèbres. L’orgue gémit sous le noir velours, On entend des pleurs et des soupirs. L’enfant de […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.