Les Plus Lus

  • C'était OKC'était OK BofBof

    Départ

    Un paquebot dans sa chaudière Brûle les chaînes de la terre. Mille émîgrants sur les trois ponts N’ont qu’un petit accordéon. On hisse l’ancre, dans ses bras Une sirène se débat Et plonge en mer si offensée Qu’elle ne se voit pas blessée. Grandit la voix de l’Océan Ojii rend les désirs transparents. Les mouettes […] Plus

    Lire la suite

  • BofBof

    Mathématiques

    Quarante enfants dans une salle, Un tableau noir et son triangle, Un grand cercle hésitant et sourd Son centre bat comme un tambour. Des lettres sans mots ni patrie Dans une attente endolorie. Le parapet dur d’un trapèze, Une voix s’élève et s’apaise Et le problème furieux Se tortille et se mord la queue. La […] Plus

    Lire la suite

  • Iguazu

    ravers la Pampa n’ayant pour relief que des vaches condamnées à brouter dès le premier tremblement du jour jusqu’à ce que l’herbe ait un goût de crépuscule, roule le train comminatoire qui vise de tout son fer le Nord guarani. Tout d’un coup voici un palmier en pleine campagne, un palmier d’origine, un palmier de […] Plus

    Lire la suite

  • Planète

    Le soleil sur Vénus se lève; Sur la planète un petit bruit. Est-ce une barque qui traverse Sans rameur un lac endormi, Est-ce un souvenir de la Terre Venu gauchement jusqu’ici, Une fleur tournant sur sa tige Son visage vers la lumière Parmi ces roseaux sans oiseaux Piquant l’inhumaine atmosphère? Ajouter aux favoris 0 Plus

    Lire la suite

  • La sphère

    Roulé dans tes senteurs, belle terre tourneuse, Je suis enveloppé d’émigrants souvenirs, Et mon cœur délivré des attaches peureuses Se propage, gorgé d’aise et de devenir. Sous l’émerveillement des sources et des grottes Je me fais un printemps de villes et de monts Et je passe de l’alouette au goémon, Comme sur une flûte on […] Plus

    Lire la suite

  • Marseille

    Marseille sortie de la mer, avec ses poissons de roche, ses coquillages et l’iode, Et ses mâts en pleine ville qui disputent les passants, Ses tramways avec leurs pattes de crustacés sont luisants d’eau marine, Le beau rendez-vous de vivants qui lèvent le bras comme pour se partager le ciel, Et les cafés enfantent sur […] Plus

    Lire la suite

  • Vivre

    Pour avoir mis le pied Sur le cœur de la nuit Je suis un homme pris Dans les rets étoiles. J’ignore le repos Que connaissent les hommes Et même mon sommeil Est dévoré de ciel. Nudité de mes jours, On t’a crucifiée; Oiseaux de la forêt Dans l’air tiède, glacés. Ah! vous tombez des arbres. […] Plus

    Lire la suite

  • L’escale portugaise

    L’escale fait sécher ses blancheurs aux terrasses Où le vent s’évertue, Les maisons roses au soleil qui les enlace Sentent l’algue et la rue. Les femmes de la mer, des paniers de poissons Irisés sur la tête, Exposent au soleil bruyant de la saison La sous-marine fête. Le feuillage strident a débordé le vert Sous […] Plus

    Lire la suite

  • La terre

    Petit globe de cristal, Petit globe de la terre, Je vois au travers de toi Ma jolie boule de verre. Nous sommes tous enfermés Dans ton sein dur et sévère Mais si poli, si lustré Arrondi par la lumière. Les uns : ce cheval qui court Une dame qui s’arrête Cette fleur dans ses atours […] Plus

    Lire la suite

  • Forêt

    Dix Indiens sont autour de moi Qui fument mes derniers cigares, Et je suis en diagonale Traversé par les longs regards De leurs yeux noirs passant le noir A force de reconnaissance. Autour du cercle des Indiens Je vois rôder un petit chien Aveugle, aux yeux bleus de faïence En pâte tendre, largement Ouverts comme […] Plus

    Lire la suite

  • La mer proche

    La mer n’est jamais loin de moi, Et toujours familière, tendre, Même au fond des plus sombres bois À deux pas elle sait m’attendre. Même en un cirque de montagnes Et tout enfoncé dans les terres, Je me retourne et c’est la mer, Toutes ses vagues l’accompagnent, Et sa fidélité de chien Et sa hauteur […] Plus

    Lire la suite

  • Cœur

    Suffit d’une bougie Pour éclairer le monde Autour duquel ta vie Fait sourdement sa ronde, Cœur lent qui t’accoutumes Et tu ne sais à quoi, Cœur grave qui résumes Pans le plus sûr de toi Des terres sans feuillage, Des routes sans chevaux, Un vaisseau sans visages Et des vagues sans eaux. Mais des milliers […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.