Facture

à
Urbain
Herregots

Qu’il fera bon vivre lorsque nous serons mort

que nous reposerons

dans je ne sais quel trou troué du vieux
Cosmos

bien refroidi

bien étendu

dans la noire volupté de n’être plus

avec la pierre du silence absolu

posée sur notre langue

qu’il ne faudra plus jamais retourner

sept fois dans notre bouche

pour dire ou ne pas dire la vérité acquise

puisque la notion de vérité

n’emportera plus de signification

que tous les dieux auront cessé d’être le verbe

que l’épine plantée jadis dans notre cœur

n’entraînera plus le moindre cri

capable de troubler encore

la préséance du néant

6 janvier 1962

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments