Art poétique

ÉCRITS
SUR
UN
DRAPEAU
QUI
BRÛLE

(1948)

Écrit sur un drapeau qui brûle

le collage des contrastes

le colloque des contraires

union confusion fusion action

l’oiselet dans le vent

le désir dans le rêve

la neige de l’intégrité

le désespoir qui brise sa rapière

L’invisible se proportionne

aux dialectes de nos rêves
J’en parle pour nous

être utile pour mesurer notre puissance

Calvaire calcaire broyer souffrir

la laine de la pensée

les mots copulent

nous nous aimons

indivisibles

les mots sont faits pour obéir

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

GIPHY App Key not set. Please check settings

Le bouquet sous la croix

Le tens leger s’enfuit sans m’en apercevoir