Feintes Nécessaires

J’appuie et creuse en pensant aux ombres, je passe et rêve en pensant au roc :
Fidèle au bord des eaux volages j’aime oublier sur un sol éternel.
Je suis changeant sous les fixes étoiles mais sous les jours multiples je suis un.
Ce que je tiens me vient de la flamme, ce qui me fuit se fait pierre et silence.
Je dors pour endormir le jour.

Je veille la nuit, comme un feu sous la cendre…
Ma différence est ma nécessité!
Qui que tu sois, terre ou ciel, je m’oppose,
car je pourchasse un ennemi rebelle ruse pour ruse et feinte pour feinte !
Ô châtiment de tant de combats,
Ô seul abîme ouvert à ma prudence :
Vais-je mourir sans avoir tué l’Autre

Qui règne et se tait dans ses profondeurs?

Jean Tardieu

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments