Les Plus Lus

  • Tu parles

    Tu parles de ton âge, de tes fils de soie blanche. Regarde tes mains pétales de laurier-rose, ton cou le seul pli de la grâce. J’aime les cendres sur tes cils tes paupières, et tes yeux d’or mat et tes yeux Soleil sur la rosée d’or vert, sur le gazon du matin Tes yeux en […] Plus

    Lire la suite

  • Élégie pour Martin Luther King

    (pour un orchestre de jazz) I Qui a dit que j’étais stable dans ma maîtrise, noir sous l’écarlate sous l’or ? Mais qui a dit, comme le maître de la masse et du marteau, maître du dyoung-dyoung du tam-tam. Coryphée de la danse, qu’avec ma récade sculptée Je commandais les Forces rouges, mieux que les […] Plus

    Lire la suite

  • Ma Négritude

    Ma Négritude point n’est sommeil de la race mais soleil de l’âme, ma négritude vue et vie Ma Négritude est truelle à la main, est lance au poing Réécade. Il n’est question de boire, de manger l’instant qui passe Tant pis si je m’attendris sur les roses du Cap-Vert ! Ma tâche est d ‘éveiller […] Plus

    Lire la suite

  • Femme noire

    Femme nue, femme noire Vêtue de ta couleur qui est vie, de ta forme qui est beauté J’ai grandi à ton ombre; la douceur de tes mains bandait mes yeux Et voilà qu’au coeur de l’Été et de Midi, Je te découvre, Terre promise, du haut d’un haut col calciné Et ta beauté me foudroie […] Plus

    Lire la suite

  • Prière aux masques

    Masques! Ô Masques! Masques noirs masques rouges, vous masques blanc-et-noir Masques aux quatre points d’où souffle l’Esprit Je vous salue dans le silence! Et pas toi le dernier, Ancêtre à tête de lion. Vous gardez ce lieu forclos à tout rire de femme, à tout sourire qui se fane Vous distillez cet air d’éternité où […] Plus

    Lire la suite

  • Nuit de Siné

    Femme, pose sur mon front tes mains balsamiques, tes mains douces plus que fourrure. Là-haut les palmes balancées qui bruissent dans la haute brise nocturne À peine. Pas même la chanson de nourrice. Qu’il nous berce, le silence rythmé. Écoutons son chant, écoutons battre notre sang sombre, écoutons Battre le pouls profond de l’Afrique dans […] Plus

    Lire la suite

  • A New York

    (pour un orchestre de jazz : solo de trompette) – I – New York ! D’abord j’ai été confondu par ta beauté, ces grandes filles d’or aux jambes longues. Si timide d’abord devant tes yeux de métal bleu, ton sourire de givre Si timide. Et l’angoisse au fond des rues à gratte-ciel Levant des yeux […] Plus

    Lire la suite

  • Je suis seul

    Je suis seul dans la plaine Et dans la nuit Avec les arbres recroquevillés de froid Qui, coudes au corps, se serrent les uns tout contre les autres. Je suis seul dans la plaine Et dans la nuit Avec les gestes de désespoir pathétique des arbres Que leurs feuilles ont quittés pour des îles d’élection. […] Plus

    Lire la suite

  • BofBof

    Brouillard

    Le brouillard me fait peur ! Et ces phares – yeux hurlant de quels monstres Glissant dans le silence. Ces ombres qui rasent le mur Et passent, sont-ce mes souvenirs Dont la longue file va-t-en pèlerinage ?… Le brouillard sale de la Ville ! De sa suie froide Il encrasse mes poumons qu’a rouillés l’hiver, […] Plus

    Lire la suite

  • Neige sur Paris

    Seigneur, vous avez visité Paris par ce jour de votre naissance Parce qu’il devenait mesquin et mauvais Vous l’avez purifié par le froid incorruptible Par la mort blanche. Ce matin, jusqu’aux cheminées d’usines qui chantent à l’unisson Arborant des draps blancs – « Paix aux Hommes de bonne volonté! » Seigneur, vous avez proposé la […] Plus

    Lire la suite

  • Le totem

    Il me faut le cacher au plus intime de mes veines L’Ancêtre à la peau d’orage sillonnée d’éclairs et de foudre Mon animal gardien, il me faut le cacher Que je ne rompe le barrage des scandales. Il est mon sang fidèle qui requiert fidélité Protégeant mon orgueil nu contre Moi-même et la superbe des […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.