Les Plus Lus

  • Soir d’hiver

    Ah! comme la neige a neigé! Ma vitre est un jardin de givre. Ah! comme la neige a neigé! Qu’estce que le spasme de vivre A la douleur que j’ai, que j’ai. Tous les étangs gisent gelés, Mon âme est noire! Oùvisje? où vaisje? Tous ses espoirs gisent gelés: Je suis la nouvelle Norvège D’où […] Plus

    Lire la suite

  • Le voyageur – (A mon père)

    Las d’avoir visité mondes, continents, villes, Et vu de tout pays, ciel, palais, monuments, Le voyageur enfin revient vers les charmilles Et les vallons rieurs qu’aimaient ses premiers ans. Alors sur les vieux bancs au sein des soirs tranquilles, Sous les chênes vieillis, quelques bons paysans, Graves, fumant la pipe, auprès de leurs familles Ecoutaient […] Plus

    Lire la suite

  • Le vaisseau d’or

    Ce fut un grand Vaisseau taillé dans l’or massif: Ses mâts touchaient l’azur, sur des mers inconnues; La Cyprine d’amour, cheveux épars, chairs nues S’étalait à sa proue, au soleil excessif. Mais il vint une nuit frapper le grand écueil Dans l’Océan trompeur où chantait la Sirène, Et le naufrage horrible inclina sa carène Aux […] Plus

    Lire la suite

  • Vieux piano

    L’âme ne frémit plus chez ce vieil instrument ; Son couvercle baissé lui donne un aspect sombre ; Relégué du salon, il sommeille dans l’ombre Ce misanthrope aigri de son isolement. Je me souviens encor des nocturnes sans nombre Que me jouait ma mère, et je songe, en pleurant, À ces soirs d’autrefois passés dans […] Plus

    Lire la suite

  • La cloche dans la brume

    Écoutez, écoutez, ô ma pauvre âme ! Il pleure Tout au loin dans la brume ! Une cloche ! Des sons Gémissent sous le noir des nocturnes frissons, Pendant qu’une tristesse immense nous effleure. À quoi songiezvous donc ? à quoi pensiezvous tant ?… Vous qui ne priez plus, ah ! seraitce, pauvresse, Que vous […] Plus

    Lire la suite

  • Mon âme

    Mon âme a la candeur d’une chose étiolée, D’une neige de février… Ah ! retournons au seuil de l’Enfance en allée, Viensten prier… Ma chère, joins tes doigts et pleure et rêve et prie, Comme tu faisais autrefois Lorsqu’en ma chambre, aux soirs, vers la Vierge fleurie Montait ta voix. Ah ! la fatalité d’être […] Plus

    Lire la suite

  • La passante

    Hier, j’ai vu passer, comme une ombre qu’on plaint, En un grand parc obscur, une femme voilée : Funèbre et singulière, elle s’en est allée, Recélant sa fierté sous son masque opalin. Et rien que d’un regard, par ce soir cristallin, J’eus deviné bientôt sa douleur refoulée ; Puis elle disparut en quelque noire allée […] Plus

    Lire la suite

  • Charles Baudelaire

    Maître, il est beau ton Vers ; ciseleur sans pareil, Tu nous charmes toujours par ta grâce nouvelle, Parnassien enchanteur du pays du soleil, Notre langue frémit sous ta lyre si belle. Les Classiques sont morts ; le voici le réveil ; Grand Régénérateur, sous ta pure et vaste aile Toute une ère est groupée. […] Plus

    Lire la suite

  • Nuit d’été

    Le violon, d’un chant très profond de tristesse, Remplit la douce nuit, se mêle aux sons des cors, Les sylphes vont pleurant comme une âme en détresse, Et les coeurs des arbres ont des plaintes de morts. Le souffle du Veillant anime chaque feuille ; Aux amers souvenirs les bois ouvrent leur sein ; Les […] Plus

    Lire la suite

  • Rythmes du soir

    Voici que le dahlia, la tulipe et les roses Parmi les lourds bassins, les bronzes et les marbres Des grands parcs où l’Amour folâtre sous les arbres Chantent dans les soirs bleus ; monotones et roses Chantent dans les soirs bleus la gaîté des parterres, Où danse un clair de lune aux pieds d’argent obliques, […] Plus

    Lire la suite

  • Caprice blanc

    L’hiver, de son pinceau givré, barbouille aux vitres Des pastels de jardins de roses en glaçons. Le froid pique de vif et relègue aux maisons Milady, canaris et les jockos bélîtres. Mais la petite Miss en berline s’en va, Dans son vitchoura blanc, une ombre de fourrures, Bravant l’intempérie et les âcres froidures, Et plus […] Plus

    Lire la suite

  • Le salon

    La poussière s’étend sur tout le mobilier, Les miroirs de Venise ont défleuri leur charme ; Il y rôde comme un très vieux parfum de Parme, La funèbre douceur d’un sachet familier. Plus jamais ne résonne à travers le silence Le chant du piano dans des rythmes berceurs, Mendelssohn et Mozart, mariant leurs douceurs, Ne […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.