Veilleurs d’aurore

Notre ville est l’enfant de tant d’usines de souffrances que nous devons lui pardonner les faux pas les pas perdus les pas à pas alors que tout est piétiné dans la boue de l’encerclement à perdre haleine

Courir vers quel banlieusard îlot courir vers quel chant des oiseaux guinguette au nom de naturisme

à cracher sur les fleurs

Ni solution ni dilemme

à proximité du silence

Dorment les partenaires de l’oubli dorment les morts depuis longtemps trahis

Seule veille l’équipe aux réflexes impardonnables

Voter pour ce poème!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Au négatif

Complainte sur la mort du feu Roy