Vœu

L’estuaire du ciel est un apéritif

Giboulées d’éléphants rouges tombez

que la terre perde son teint de suicidée

tombez en robes de moissons

sur les campagnes d’abandon

en caresses germinatoires

dans cette crypte de lumière

où luit orageusement dure

sous trois cents nœuds gordiens d’éclairs

en son écrin de javeline

blonde d’intolérance blonde

une graine de vérité

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments