Les Plus Lus

  • BofBof C'était OKC'était OK

    Bel astre de Vénus…

    Bel astre de Vénus, de son front délicat Puisque Diane encor voile le doux éclat, Jusques à ce tilleul, au pied de la colline, Prête à mes pas secrets ta lumière divine. Je ne vais point tenter de nocturnes larcins, Ni tendre aux voyageurs des pièges assassins. J’aime : je vais trouver des ardeurs mutuelles, […] Plus

    Lire la suite

  • Comme un dernier rayon…

    Comme un dernier rayon, comme un dernier zéphyre Anime la fin d’un beau jour, Au pied de l’échafaud j’essaye encor ma lyre. Peut-être est-ce bientôt mon tour ; Peut-être avant que l’heure en cercle promenée Ait posé sur l’émail brillant, Dans les soixante pas où sa route est bornée, Son pied sonore et vigilant, Le […] Plus

    Lire la suite

  • C'était OKC'était OK

    O nuit, nuit douloureuse

    Ô nuit, nuit douloureuse! ô toi, tardive aurore, Viens-tu ? vas-tu venir ? es-tu bien loin encore ? Ah ! tantôt sur un flanc, puis sur l’autre, au hasard Je me tourne et m’agite, et ne peux nulle part Trouver que l’insomnie amère, impatiente. Qu’un malaise inquiet et qu’une fièvre ardente. Tu dors, belle D’.z.. […] Plus

    Lire la suite

  • Hermès

    PROLOGUE Dans nos vastes cités, par le sort partagés, Sous deux injustes lois les hommes sont rangés. Les uns. princes et grands, d’une avide opulence Étalent sans pudeur la barbare insolence ; Les autres, sans pudeur vils clients de ces grands. Vont ramper sous les murs qui cachent leurs tyrans, Admirer ces palais aux colonnes […] Plus

    Lire la suite

  • Ïambes

    On vit ; on vit infâme. Eh bien ? il fallut l’être ; L’infâme après tout mange et dort. Ici même, en ses parcs, où la mort nous fait paître. Où la hache nous tire au sort. Beaux poulets sont écrits ; maris, amants sont dupes ; Caquetage, intrigues de sots. On y chante ; […] Plus

    Lire la suite

  • La jeune captive

    « L’épi naissant mûrit de la faux respecté; Sans crainte du pressoir, le pampre tout l’été Boit les doux présents de l’aurore; Et moi, comme lui belle, et jeune comme lui, Quoi que l’heure présente ait de trouble et d’ennui, Je ne veux point mourir encore. Qu’un stoïque aux yeux secs vole embrasser la mort […] Plus

    Lire la suite

  • Sur la mort d’un enfant

    L’innocente victime, au terrestre séjour, N’a vu que le printemps qui lui donna le jour. Rien n’est resté de lui qu’un nom, un vain nuage, Un souvenir, un songe, une invisible image. Adieu, fragile enfant échappé de nos bras ; Adieu, dans la maison d’où l’on ne revient pas. Nous ne te verrons plus, quand […] Plus

    Lire la suite

  • Art d’aimer, fragment III

    Ainsi le jeune amant, seul, loin de ses délices, S’assied sous un mélèze au bord des précipices, Et là, revoit la lettre où, dans un doux ennui, Sa belle amante pleure et ne vit que pour lui. Il savoure à loisir ces lignes qu’il dévore ; Il les lit, les relit et les relit encore, […] Plus

    Lire la suite

  • La jeune captive

    ‘ L’épi naissant mûrit de la faux respecté ; Sans crainte du pressoir, le pampre tout l’été Boit les doux présents de l’aurore ; Et moi, comme lui belle, et jeune comme lui, Quoi que l’heure présente ait de trouble et d’ennui, Je ne veux point mourir encore. Qu’un stoïque aux yeux secs vole embrasser […] Plus

    Lire la suite

  • L’invention

    La terre ouvrant son sein, ses ressorts, ses miracles, Ses germes, ses coteaux, dépouille de Thétis ; Les nuages épais, sur elle appesantis, De ses noires vapeurs nourrissant leur tonnerre, Et l’hiver ennemi pour envahir la terre Roi des antres du Nord ; et de glaces armés, Ses pas usurpateurs sur nos monts imprimés; Et […] Plus

    Lire la suite

  • A l’hirondelle

    Fille de Pandion, ô jeune Athénienne, La cigale est ta proie, hirondelle inhumaine, Et nourrit tes petits qui, débiles encor, Nus, tremblants, dans les airs n’osent prendre l’essor. Tu voles ; comme toi la cigale a des ailes. Tu chantes ; elle chante. A vos chansons fidèles Le moissonneur s’égaye, et l’automne orageux En des […] Plus

    Lire la suite

  • L’Amérique

    Fragments Magellan, fils du Tage, et Drake et Bougainville Et l’Anglais dont Neptune aux plus lointains climats Reconnaissait la voile et respectait les pas. Le Cancer sous les feux de son brûlant tropique L’attire entre l’Asie et la vaste Amérique, En des ports où jadis il entra le premier. Là l’insulaire ardent, jadis hospitalier, L’environne […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.