Les Plus Lus

  • Euphrosyne

    Ah ! ce n’est point à moi qu’on s’occupe de plaire. Ma soeur plus tôt que moi dut le jour à ma mère. Si quelques beaux bergers apportent une fleur, Je sais qu’en me l’offrant […] Plus

  • A Fanny (III)

    Fanny, l’heureux mortel qui près de toi respire Sait, à te voir parler et rougir et sourire, De quels hôtes divins le ciel est habité. La grâce, la candeur, la naïve innocence Ont, depuis ton […] Plus

  • A l’hirondelle

    Fille de Pandion, ô jeune Athénienne, La cigale est ta proie, hirondelle inhumaine, Et nourrit tes petits qui, débiles encor, Nus, tremblants, dans les airs n’osent prendre l’essor. Tu voles ; comme toi la cigale […] Plus

  • La jeune captive

    « L’épi naissant mûrit de la faux respecté; Sans crainte du pressoir, le pampre tout l’été Boit les doux présents de l’aurore; Et moi, comme lui belle, et jeune comme lui, Quoi que l’heure présente […] Plus

  • L’amérique

    Salut, ô belle nuit, étincelante et sombre, Qui n’entends que la voix de mes vers, et les cris De la rive aréneuse où se brise Thétis. Muse, Muse nocturne, apporte-moi ma lyre. Comme un fier […] Plus

  • A la France

    France ! ô belle contrée, ô terre généreuse Que les dieux complaisants formaient pour être heureuse, Tu ne sens point du Nord les glaçantes horreurs ; Le Midi de ses feux t’épargne les fureurs ; […] Plus

  • La jeune captive

    ‘ L’épi naissant mûrit de la faux respecté ; Sans crainte du pressoir, le pampre tout l’été Boit les doux présents de l’aurore ; Et moi, comme lui belle, et jeune comme lui, Quoi que […] Plus

  • Chrysé

    Pourquoi, belle Chrysé, t’abandonnant aux voiles, T’éloigner de nos bords sur la foi des étoiles ? Dieux ! je t’ai vue en songe ; et, de terreur glacé, J’ai vu sur des écueils ton vaisseau […] Plus

  • Art d’aimer, fragment VI

    Si d’un mot échappé l’outrageuse rudesse A pu blesser l’amour et sa délicatesse, Immobile il gémit, songe à tout expier. Sans honte, sans réserve, il faut s’humilier Églé, tombe à genoux, bien loin de te […] Plus

  • A Abel

    Abel, doux confident de mes jeunes mystères, Vois, mai nous a rendu nos courses solitaires. Viens à l’ombre écouter mes nouvelles amours ; Viens. Tout aime au printemps, et moi j’aime toujours. Tant que du […] Plus