Les Plus Lus

  • Oh ! c’est toi ! je t’attends

    Oh ! c’est toi ! Je t’attends, ô ma belle Romaine. Chez toi, dans cet asile où le soir nous ramène. Seul je mourais d’attendre et tu ne venais pas. Mon cœur en palpitant a reconnu tes pas. Cette molle ottomane………. Ces glaces, tant de fois belles de ta présence, Ces coussins odorants, d’aromates templis, […] Plus

    Lire la suite

  • A la France

    France ! ô belle contrée, ô terre généreuse Que les dieux complaisants formaient pour être heureuse, Tu ne sens point du Nord les glaçantes horreurs ; Le Midi de ses feux t’épargne les fureurs ; Tes arbres innocents n’ont point d’ombres mortelles ; Ni des poisons épars dans tes herbes nouvelles Ne trompent une main […] Plus

    Lire la suite

  • Comme un dernier rayon, comme un dernier zéphyre

    Comme un dernier rayon, comme un dernier zéphyre Anime la fin d’un beau jour, Au pied de l’échafaud j’essaye encor ma lyre. Peutêtre estce bientôt mon tour ; Peutêtre avant que l’heure en cercle promenée Ait posé sur l’émail brillant, Dans les soixante pas où sa route est bornée, Son pied sonore et vigilant, Le […] Plus

    Lire la suite

  • L’Amérique

    Fragments Magellan, fils du Tage, et Drake et Bougainville Et l’Anglais dont Neptune aux plus lointains climats Reconnaissait la voile et respectait les pas. Le Cancer sous les feux de son brûlant tropique L’attire entre l’Asie et la vaste Amérique, En des ports où jadis il entra le premier. Là l’insulaire ardent, jadis hospitalier, L’environne […] Plus

    Lire la suite

  • A Fanny (III)

    Fanny, l’heureux mortel qui près de toi respire Sait, à te voir parler et rougir et sourire, De quels hôtes divins le ciel est habité. La grâce, la candeur, la naïve innocence Ont, depuis ton enfance, De tout ce qui peut plaire enrichi ta beauté. Sur tes traits, où ton âme imprime sa noblesse, Elles […] Plus

    Lire la suite

  • Néaere

    Mais telle qu’à sa mort pour la dernière fois Un beau cygne soupire, et de sa douce voix, De sa voix qui bientôt lui doit être ravie, Chante, avant de partir, ses adieux à la vie : Ainsi, les yeux remplis de langueur et de mort, Pâle, elle ouvrit sa bouche en un dernier effort. […] Plus

    Lire la suite

  • Hercule

    Oeta, mont ennobli par cette nuit ardente, Quand l’infidèle époux d’une épouse imprudente Reçut de son amour un présent trop jaloux, Victime du centaure immolé par ses coups. Il brise tes forêts : ta cime épaisse et sombre En un bûcher immense amoncelle sans nombre Les sapins résineux que son bras a ployés. Il y […] Plus

    Lire la suite

  • Jeune homme fou par amour

    Il est fou, il est la fable de tous les jeunes Cnidiens. Pour lui ce Praxitèle a, de sa main savante. Des antres de Paros fait sortir une amante ; Car, malheureux rival d’Anchise et de Paris, Il aime ce beau marbre, image de Cypris. Il a su, se cachant au fond du sanctuaire, Passer […] Plus

    Lire la suite

  • A Fanny (I)

    Non, de tous les amants les regards, les soupirs Ne sont point des pièges perfides. Non, à tromper des coeurs délicats et timides Tous ne mettent point leurs plaisirs. Toujours la feinte mensongère Ne farde point de pleurs, vains enfants des désirs, Une insidieuse prière. Non, avec votre image, artifice et détour, Fanny, n’habitent point […] Plus

    Lire la suite

  • L’amour endormi

    Là reposait l’Amour, et sur sa joue en fleur D’une pomme brillante éclatait la couleur. Je vis, dès que j’entrai sous cet épais bocage, Son arc et son carquois suspendus an feuillage. Sur des monceaux de rose au calice embaumé Il dormait. Un souris sur sa bouche formé L’entr’ouvrait mollement, et de jeunes abeilles Venaient […] Plus

    Lire la suite

  • A Charlotte Corday

    Quoi ! tandis que partout, ou sincères ou feintes, Des lâches, des pervers, les larmes et les plaintes Consacrent leur Marat parmi les immortels, Et que, prêtre orgueilleux de cette idole vile, Des fanges du Parnasse un impudent reptile Vomit un hymne infâme au pied de ses autels ; La vérité se tait ! Dans […] Plus

    Lire la suite

  • La jeune tarentine

    Pleurez, doux alcyons, ô vous, oiseaux sacrés, Oiseaux chers à Thétis, doux alcyons, pleurez. Elle a vécu, Myrto, la jeune Tarentine. Un vaisseau la portait aux bords de Camarine. Là l’hymen, les chansons, les flûtes, lentement, Devaient la reconduire au seuil de son amant. Une clef vigilante a pour cette journée Dans le cèdre enfermé […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.