Les Plus Lus

  • Si…

    Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir, Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties Sans un geste et sans un soupir ; Si tu peux être amant sans être fou d’amour, Si tu peux être fort sans cesser d’être […] Plus

    Lire la suite

  • BofBof

    L’art poétique (Chant III)

    Il n’est point de serpent, ni de monstre odieux, Qui, par l’art imité, ne puisse plaire aux yeux ; D’un pinceau délicat l’artifice agréable Du plus affreux objet fait un objet aimable. Ainsi, pour nous charmer, la Tragédie en pleurs D’Œdipe tout sanglant fit parler les douleurs, D’Oreste parricide exprima les alarmes, Et, pour nous […] Plus

    Lire la suite

  • Pâques à New-York

    Seigneur, c’est aujourd’hui le jour de votre Nom, J’ai lu dans un vieux livre la geste de votre Passion, Et votre angoisse et vos efforts et vos bonnes paroles Qui pleurent dans le livre, doucement monotones. Un moine d’un vieux temps me parle de votre mort. Il traçait votre histoire avec des lettres d’or Dans […] Plus

    Lire la suite

  • Chantier du poème

    L’arrivée du poème est multiple. La plupart du temps, il progresse comme une vague qui déroule sa turbulence d’images et de mots. Il s’organise parfois autour d’un mot clef. Mot-noyau, tombant dru, bousculant le vocabulaire pour se chercher plus loin. Mais plus encore : soulèvement du dedans; mouvement en quête de ses rythmes, de sa […] Plus

    Lire la suite

  • BofBof

    Ma couronne

    Brave homme a l’allure très sage Amplement actif malgré ton âge Tant de sacrifice, tant de courage Pour le bien-être de ton petit entourage Tu fus pour moi l’exemple à suivre J’imitais tes gestes, tes paroles et même tes rires Mon idole, ainsi je te nomme L’homme à qui je porte un amour hors norme […] Plus

    Lire la suite

  • La loge mère

    Il y avait Rundle, le chef de station, Beazeley, des voies et travaux, Ackman, de l’intendance, Dankin, de la prison, Et Blake, le sergent instructeur, Qui fut deux fois notre Vénérable, Et aussi le vieux Franjee Eduljee Qui tenait le magasin « Aux denrées Européennes ». Dehors, on se disait : « Sergent, Monsieur, Salut, Salam ». Dedans c’était […] Plus

    Lire la suite

  • BofBof C'était OKC'était OK

    « Les arbres me parlent, dit Idir »

    Que racontent donc ces végétaux en leur majesté ombrageante ? Quelles vertus relatent-ils à travers leur douce chorégraphie… ainsi menée par le vent ? Sont-ce des paroles augurantes ou le récit de leur trace séculaire ? Ces arbres demeurent le symbole d’une nature meurtrie qui s’époumone reclus dans un bastion précaire, à l’abri de « celui » qui la […] Plus

    Lire la suite

  • Entrée de new york sous l’orage

    (Descriptif avec deux personnages) Surgissant des trottoirs la pluie des gratte-ciel incise à rebours l’averse s’élance vers des fragments d’espace Les trombes d’eau se rabattent sur la ville heurtent ces Goliaths de pierre qui surplombent le marécage humain Au sol l’éclat safran des taxis perce la confusion des hommes et de la brume Parcours linéaire […] Plus

    Lire la suite

  • La nuit d’octobre

    Le poète Le mal dont j’ai souffert s’est enfui comme un rêve. Je n’en puis comparer le lointain souvenir Qu’à ces brouillards légers que l’aurore soulève, Et qu’avec la rosée on voit s’évanouir. La muse Qu’aviez-vous donc, ô mon poète ! Et quelle est la peine secrète Qui de moi vous a séparé ? Hélas […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.