Poésie, poètes, ressources et plus

  • L’ingratitude et l’injustice des hommes envers la fortune

    Un trafiquant sur mer, par bonheur, s’enrichit.
    Il triompha des vents pendant plus d’un voyage :
    Gouffre, banc, ni rocher, n’exigea de péage
    D’aucun de ses ballots ; le Sort l’en affranchit.
    Sur tous ses compagnons Atropos et Neptune
    Recueillirent

    Continuer la lecture
    L’ingratitude et l’injustice des hommes envers la fortune
    Notez ce poème
  • Eternite instantanée

    En
    Inde, la mer telle qu’elle est, des pêcheurs et leurs filets.

    Sur le rivage, un buffle blanc près d’un chien noir.

    Oue dire de plus, il n’y a qu’à voir ce que
    Boubat voit et nous fait voir, la simple magie des choses, des êtres, de la vie quand la vie est la vie,

    Continuer la lecture
    Eternite instantanée
    Notez ce poème
  • II ne faut s’ébahir, disaient ces bons vieillards

    VIII.

    « II ne faut s’ébahir, disaient ces bons vieillards
    Dessus le mur Troyen, voyants passer Hélène,
    Si pour telle beauté nous souffrons tant de peine,
    Notre mal ne vaut pas un seul de ses regards.

    « Toutefois il vaut mieux, pour n’irriter point Mars,
    La rendre à son époux,

    Continuer la lecture
    II ne faut s’ébahir, disaient ces bons vieillards
    Notez ce poème
  • Ballade à la gloire du Lys

    Muse au front d’or, farouche Aganippide,

    Je chanterai le Lys, aux Dieux pareil,

    Le Lys charmant, le Lys au coeur splendide.

    Dès qu’il fleurit, la Nature en éveil,

    Comme à son roi, lui demande conseil.

    Couche de nacre où s’éveille l’Aurore,

    Noble palais que bat la mer sonore,

    Blanc coudrier qui

    Continuer la lecture
    Ballade à la gloire du Lys
    Notez ce poème
  • Double Ballade des sottises de Paris

    C’est un étrange bacchanal

    Dans ce Paris vraiment baroque

    Où règne le petit journal,

    Et qu’une drôlesse provoque

    En lui laissant voir sous sa toque

    Des cheveux d’un cuivre vermeil

    Comme le bon or qu’elle croque.

    Moi, j’en ris, les jours de soleil.
    Être probe est original

    Continuer la lecture
    Double Ballade des sottises de Paris
    Notez ce poème