A Fanny (I)

Non, de tous les amants les regards, les soupirs
Ne sont point des pièges perfides.
Non, à tromper des coeurs délicats et timides
Tous ne mettent point leurs plaisirs.
Toujours la feinte mensongère
Ne farde point de pleurs, vains enfants des désirs,
Une insidieuse prière.

Non, avec votre image, artifice et détour,
Fanny, n’habitent point une âme ;
Des yeux pleins de vos traits sont à vous. Nulle femme
Ne leur paraît digne d’amour.
Ah ! la pâle fleur de Clytie
Ne voit au ciel qu’un astre ; et l’absence du jour
Flétrit sa tête appesantie.

Des lèves d’une belle un seul mot échappé
Blesse d’une trace profonde
Le coeur d’un malheureux qui ne voit qu’elle au monde.
Son coeur pleure en secret frappé,
Quand sa bouche feint de sourire.
Il fuit ; et jusqu’au jour, de son trouble occupé,
Absente, il ose au moins lui dire

Fanny, belle adorée aux yeux doux et sereins,
Heureux qui n’ayant d’autre envie
Que de vous voir, vous plaire et vous donner sa vie,
Oublié de tous les humains,
Près d’aller rejoindre ses pères,
Vous dira, vous pressant de ses mourantes mains
Croistu qu’il soit des coeurs sincères ?

Elégies

Voter pour ce poème!

André Chénier Apprenti Poète

Par André Chénier

André Marie de Chénier, dit André Chénier, fils de Louis de Chénier et frère de Marie-Joseph Chénier, est un poète et journaliste français né le 30 octobre 1762 à Constantinople et mort guillotiné à Paris le 7 Thermidor de l'an II à 31 ans.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Rejoignez notre monde de mots, où chaque commentaire est un baiser de Ronsard à l'âme.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
1 Avis
Inline Feedbacks
View all comments
Jérome Clémenceau
Membre

le coeur pour moi l’est toujours meme dans la pire des brute existe la tristesse la compassion ..non exploité

La plainte écrite de sang

Le faune