La plainte écrite de sang

Inhumaine beauté dont l’humeur insolente

En méprisant mes voeux se rit de ma langueur,

Je veux convaincre ici ton ingrate rigueur

Par les vifs arguments d’une raison sanglante.
Ces vers sont de ma flamme une preuve évidente,

Et tous ces traits de pourpre en font voir la grandeur,

Cruelle, touche-les pour en sentir l’ardeur,

Cette écriture fume, elle est encore ardente.
Vois nager dans le sang mes esprits désolés :

Pour apaiser ta haine ils se sont immolés

D’une dévotion qui n’eut jamais d’exemple.
Et si près de mon coeur il en est demeuré,

C’est afin seulement de conserver le temple

Où ton divin portrait est toujours adoré.

Voter pour ce poème!

François Tristan L'hermite Apprenti Poète

Par François Tristan L'hermite

François L'Hermite, sieur du Solier, dit Tristan L'Hermite, né en 1601 au château du Solier, près de Janaillat dans la Marche, et mort à Paris le 7 septembre 1655, est un écrivain et gentilhomme français.

Poemes François Tristan L'hermite - Découvrez les œuvres poétiques de François Tristan L'hermite

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une page de l'histoire poétique de notre forum. Écrivez votre chapitre, tel un Camus des vers.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Refus d’identité

A Fanny (I)