Consolation à Idalie sur la mort d’un parent

Puisque votre Parent ne s’est peu dispensé

De servir de victime au Démon de la guerre :

C’est, ô belle Idalie, une erreur de penser

Que les plus beaux Lauriers soient exempts du tonnerre.
Si la Mort connaissait le prix de la valeur

Ou se laissait surprendre aux plus aimables charmes,

Sans doute que Daphnis garanti du malheur,

En conservant sa vie, eût épargné vos larmes.
Mais la Parque sujette à la Fatalité,

Ayant les yeux bandés et l’oreille fermée,

Ne sait pas discerner les traits de la Beauté,

Et n’entend point le bruit que fait la Renommée.
Alexandre n’est plus, lui dont Mars fut jaloux,

César est dans la tombe aussi bien qu’un infâme :

Et la noble Camille aimable comme vous,

Est au fond du cercueil ainsi qu’une autre femme.
Bien que vous méritiez des devoirs si constants,

Et que vous paraissiez si charmante et si sage,

On ne vous verra plus avant qu’il soit cent ans,

Si ce n’est dans mes vers qui vivront davantage.
Par un ordre éternel qu’on voit en l’univers

Les plus dignes objets sont frêles comme verre,

Et le Ciel embelli de tant d’Astres divers

Dérobe tous les jours des Astres à la Terre.
Sitôt que notre esprit raisonne tant soit peu

En l’Avril de nos ans, en l’âge le plus tendre,

Nous rencontrons l’Amour qui met nos coeurs en feu,

Puis nous trouvons la Mort qui met nos corps en cendre.
Le Temps qui, sans repos, va d’un pas si léger,

Emporte avecque lui toutes les belles choses :

C’est pour nous avertir de le bien ménager

Et faire des bouquets en la saison des roses.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

A mes amis

Espace-rapace