Espace-rapace

Troncs-thyrses

Draperies

Conciliabules de dieux sylvestres

Le papotage hors-monde des fougères arborescentes

Çà et là un dépoitraillement jusqu’au sang

D’impassibles balisiers

Figuration rapace

(ou féroce ou somptueuse

la quête est soif de l’être)

Bientôt sera le jeu des castagnettes d’or léger
Puis le tronc brûlé vif des simarubas

Qu’ils gesticulent encore selon ma propre guise

Théâtre dans la poussière du feu femelle

Ce sont les derniers lutteurs fauves de la colline

Ministre-de-la-plume de cette étrange cour

C’est trop peu de dire que je parcours

Jour et nuit ce domaine

C’est lui qui me requiert et me nécessite

Gardien

S’assurer que tout est là

Intact absurde

Lampe de fée

Cocons par besoin terreux

Et que tout s’enflamme soudain d’un sens inaperçu

Dont je n’ai pu jamais infléchir en moi le décret.

Voter pour ce poème!

Aimé Césaire Apprenti Poète

Par Aimé Césaire

Aimé Césaire, né le 26 juin 1913 à Basse-Pointe et mort le 17 avril 2008 à Fort-de-France, est un écrivain et homme politique français, à la fois poète, dramaturge, essayiste, et biographe.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Vos mots sont des étoiles dans notre nuit poétique. Allumez notre firmament.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Consolation à Idalie sur la mort d’un parent

Ton Mary paroist plus vieux