Les Plus Lus

  • Transmission

    le surplus je l’avais distribué aux rides des chemins à l’acharnement des ravins les forces ne s’épuisent pas si vite quand on n’en est que le dépositaire fragile, qui combien aux prix de quels hasards les avaient amassées ? un signe un rien une lueur au bas du ciel une flamme née du sol un […] Plus

    Lire la suite

  • Hors des jours étrangers

    mon peuple quand hors des jours étrangers germeras-tu une tête bien tienne sur tes épaules renouées et ta parole le congé dépêché aux traîtres aux maîtres le pain restitué la terre lavée la terre donnée quand quand donc cesseras-tu d’être le jouet sombre au carnaval des autres ou dans les champs d’autrui l’épouvantail désuet demain […] Plus

    Lire la suite

  • C'était OKC'était OK

    Dorsale bossale

    il y a des volcans qui se meurent il y a des volcans qui demeurent il y a des volcans qui ne sont là que pour le vent il y a des volcans fous il y a des volcans ivres à la dérive il y a des volcans qui vivent en meutes et patrouillent il […] Plus

    Lire la suite

  • Blues de la pluie

    Aguacero beau musicien au pied d’un arbre dévêtu parmi les harmonies perdues près de nos mémoires défaites parmi nos mains de défaite et des peuples de force étrange nous laissions pendre nos yeux et natale dénouant la longe d’une douleur nous pleurions. Ajouter aux favoris 0 Plus

    Lire la suite

  • Nouvelle bonté

    il n’est pas question de livrer le monde aux assassins d’aube la vie-mort la mort-vie les souffleteurs de crépuscule les routes pendent à leur cou d’écorcheurs comme des chaussures trop neuves il ne peut s’agir de déroute seuls les panneaux ont été de nuit escamotés pour le reste des chevaux qui n’ont laissé sur le […] Plus

    Lire la suite

  • La femme et la flamme

    Un morceau de lumière qui descend la source d’un regard l’ombre jumelle du cil et de l’arc-en-ciel sur le visage et alentour qui va là angélique et amble Femme le temps qu’il fait le temps qu’il fait peu m’importe ma vie est toujours en avance d’un ouragan tu es le matin qui fond sur le […] Plus

    Lire la suite

  • Soleil et eau

    Mon eau n’écoute pas mon eau chante comme un secret Mon eau ne chante pas mon eau exulte comme un secret Mon eau travaille et à travers tout roseau exulte jusqu’au lait du rire Mon eau est un petit enfant mon eau est un sourd mon eau est un géant qui te tient sur la […] Plus

    Lire la suite

  • Batouque

    Les rizières de mégots de crachat sur l’étrange sommation de ma simplicité se tatouent de pitons. Les mots perforés dans ma salive resurgissent en villes d’écluse ouverte, plus pâle sur les faubourgs O les villes transparentes montées sur yaks sang lent pissant aux feuilles de filigrane le dernier souvenir le boulevard comète meurtrie brusque oiseau […] Plus

    Lire la suite

  • Mangrove

    il n’est pas toujours bon de barboter dans le premier marigot venu il n’est pas toujours bon de se vautrer dans la torpeur des mornes il n’est pas toujours bon de se perdre dans la contemplation gnoséologique au creux le plus fructueux des arbres généalogiques (le risque étant de s’apercevoir que l’on s’est égaré au […] Plus

    Lire la suite

  • Blanc à remplir sur la carte voyageuse du pollen

    N’y eût-il dans le désert qu’une seule goutte d’eau qui rêve tout bas, dans le désert n’y eût-il qu’une graine volante qui rêve tout haut, c’est assez, rouillure des armes, fissure des pierres, vrac des ténèbres désert, désert, j’endure ton défi blanc à remplir sur la carte voyageuse du pollen. Ajouter aux favoris 0 Plus

    Lire la suite

  • Afrique

    ta tiare solaire à coups de crosse enfoncée jusqu’au cou ils l’ont transformée en carcan; ta voyance ils l’ont crevée aux yeux ; prostitué ta face pudique ; emmuselé, hurlant qu’elle était gutturale, ta voix, qui parlait dans le silence des ombres. Afrique, ne tremble pas le combat est nouveau, le flot vif de ton […] Plus

    Lire la suite

  • Beau sang giclé

    tête trophée membres lacérés dard assassin beau sang giclé ramages perdus rivages ravis enfances enfances conte trop remué l’aube sur sa chaîne mord féroce à naître ô assassin attardé l’oiseau aux plumes jadis plus belles que le passé exige le compte de ses plumes dispersées Ajouter aux favoris 0 Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.