Sépulture

Sonnet.

Ils m’ont dit : « Le secret est la marque des forts :
Tu n’as pas respecté la peine de ta vie,
Tu ne l’as point aux yeux stoïquement ravie. »
Ah ! combien mes aveux m’ont coûté plus d’efforts !

Pour sauver une forme éphémère et chérie,
Le profane embaumeur, troublé, mais sans remords,
Plongeant sa main hardie aux entrailles des morts,
Y dépose avec art les parfums de Syrie.

Et moi, du deuil aussi je me suis fait un art :
Mes vers, plus pénétrants que la myrrhe et le nard,
Conserveront pour moi ma jeunesse amoureuse.

Dans la tombe qu’au fond de mon cœur je lui creuse,
En sauvant sa fraîcheur j’ai voulu l’enfermer,
Et j’ai dû malgré moi l’ouvrir pour l’embaumer.

Voter pour ce poème!

René-François Sully Prudhomme Apprenti Poète

Par René-François Sully Prudhomme

René Armand François Prudhomme, dit Sully Prudhomme, né à Paris le 16 mars 1839 et mort à Châtenay-Malabry le 6 septembre 1907, est un poète français, premier lauréat du prix Nobel de littérature en 1901.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Dans notre ruche de poètes, chaque commentaire est une goutte de miel. Soyez doux.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Les téméraires

Un songe (II)