Les Plus Lus

  • Beethoven

    Sonnet. Est-ce l’harmonieux orchestre que l’aurore Réveille sous la verte ogive des buissons ? Que dis-je ? Les oiseaux ne chantent pas encore, Et l’avril sur les bois fait courir ses frissons. Maître prestigieux, que tout artiste adore, Toi dont l’oreille entend les divines chansons, De l’ivoire enchanté du clavecin sonore C’est toi qui fais […] Plus

    Lire la suite

  • À celle que j’aime

    Dans ta mémoire immortelle, Comme dans le reposoir D’une divine chapelle, Pour celui qui t’est fidèle, Garde l’amour et l’espoir. Garde l’amour qui m’enivre, L’amour qui nous fait rêver ; Garde l’espoir qui fait vivre ; Garde la foi qui délivre, La foi qui nous doit sauver. L’espoir, c’est de la lumière, L’amour, c’est une […] Plus

    Lire la suite

  • A celle que j’aime

    Dans ta mémoire immortelle, Comme dans le reposoir D’une divine chapelle, Pour celui qui t’est fidèle, Garde l’amour et l’espoir. Garde l’amour qui m’enivre, L’amour qui nous fait rêver ; Garde l’espoir qui fait vivre ; Garde la foi qui délivre, La foi qui nous doit sauver. L’espoir, c’est de la lumière, L’amour, c’est une […] Plus

    Lire la suite

  • Chrysanthèmes

    Ils disent qu’au ciel on retrouve Ces chers petits morts tant pleurés. Ah ! savent-ils bien ce qu’éprouve Le cœur des parents éplorés. Ils sont étonnés qu’on se plaigne. Savent-ils bien notre douleur ? À nous dont le sein meurtri saigne, On parle d’un monde meilleur ! J’y crois à cette autre demeure, À cet […] Plus

    Lire la suite

  • Perce-neige

    Radieuses apothéoses Du soleil d’or et du ciel bleu, Fraîche gloire des printemps roses, Pourquoi donc durezvous si peu ? Pourquoi donc êtesvous si brèves, Aubes de l’enfance ? Beaux jours, Si pleins d’aromes et de sèves, Pourquoi donc êtesvous si courts ? Jeunesse, où sontelles allées Les hirondelles de jadis ? Où sont les […] Plus

    Lire la suite

  • Rayons d’octobre (I)

    Octobre glorieux sourit à la nature. On dirait que l’été ranime les buissons. Un vent frais, que l’odeur des bois fanés sature, Sur l’herbe et sur les eaux fait courir ses frissons. Le nuage a semé les horizons moroses, De ses flocons d’argent. Sur la marge des prés, Les derniers fruits d’automne, aux reflets verts […] Plus

    Lire la suite

  • À la claire fontaine

    Pierre, mon ami Pierre, À la guerre est allé Pour un bouton de rose Que je lui refusai. (Berçeuse ancienne) Il est une claire fontaine Où, dans un chêne, nuit et jour Le rossignol, à gorge pleine, Redit sa peine Et son amour. Si belle et si douce est son onde, Si transparente, si profonde, […] Plus

    Lire la suite

  • Roses d’automne

    Aux branches que l’air rouille et que le gel mordore, Comme par un prodige inouï du soleil, Avec plus de langueur et plus de charme encore, Les roses du parterre ouvrent leur coeur vermeil. Dans sa corbeille d’or, août cueillit les dernières : Les pétales de pourpre ont jonché le gazon. Mais voici que, soudain, […] Plus

    Lire la suite

  • Rayons d’octobre (II)

    À peine les faucheurs ont engrangé les gerbes Que déjà les chevaux à l’araire attelés Sillonnent à travers les chardons et les herbes La friche où juin fera rouler la mer des blés. Fécondité des champs ! cette glèbe qui fume, Ce riche et fauve humus, recèle en ses lambeaux La sève qui nourrit et […] Plus

    Lire la suite

  • L’érable

    L’érable au torse dur et fort, Ébrèche le fer qui l’assaille, Et, malgré mainte et mainte entaille, Résiste aux plus grands coups du Nord. L’hiver, dont le cours s’éternise, De givre et de neige a tissé Le linceul de l’arbre glacé. L’érable est mort ! hurle la bise. L’érable est mort ! clame au soleil […] Plus

    Lire la suite

  • À Coquelin

    Tu ne nous connais pas, mais elle est bien connue Ta vogue et celle des Hading et des Patry. Donc, au rival de Got, salut ! et bienvenue Aux sœurs de Jane Essler et de Rose Chéri ! Tu ne nous connais pas ; mais notre oreille est presque Accoutumée au bruit lointain des grands […] Plus

    Lire la suite

  • Les clochettes

    Le carillon multicolore Des clochettes au timbre clair Tinte, étincelle, tinte encore Et tintinnabule dans l’air. C’est plaisir, quand la neige crie, D’ouïr, mêlée au bruit banal Du vent, l’allègre sonnerie Du joyeux solstice hivernal. Aux heures de la promenade, Sur les places, de trois à cinq, De l’esplanade à l’esplanade, Du skating rink au […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.