Les Plus Lus

  • Rayons d’octobre (I)

    Octobre glorieux sourit à la nature. On dirait que l’été ranime les buissons. Un vent frais, que l’odeur des bois fanés sature, Sur l’herbe et sur les eaux fait courir ses frissons. Le nuage a […] Plus

  • Le ber

    La campagne, comme autrefois, Avec le bahut, et le coffre, Et l’armoire à vitrail, nous offre Le ber à quenouilles de bois. Dans le coeur d’un merisier rouge, L’aïeul a taillé les morceaux ; Et […] Plus

  • Québec

    Comme un factionnaire immobile au port d’arme, Dans ces murs où l’on croit ouïr se prolonger Le grave écho lointain d’un qui vive d’alarme, À ses gloires Québec semble encore songer. L’humble paix pastorale a […] Plus

  • L’érable

    L’érable au torse dur et fort, Ébrèche le fer qui l’assaille, Et, malgré mainte et mainte entaille, Résiste aux plus grands coups du Nord. L’hiver, dont le cours s’éternise, De givre et de neige a […] Plus

  • Ma France

    Français je suis, je m’en vante, Et très haut, très clair, très fort, Je le redis et le chante. Oui, je suis Français d’abord. Mais, n’ayez soupçon ni doute, Pour le loyal que je suis, […] Plus

  • Notre terre

    Terre, dont les âpres rivages Et les promontoires géants Refoulent les vagues sauvages Que soulèvent deux océans ; Terre qui, chaque avril, émerges, Toute radieuse, à travers La cendre de tes forêts vierges Et la […] Plus

  • Perce-neige

    Radieuses apothéoses Du soleil d’or et du ciel bleu, Fraîche gloire des printemps roses, Pourquoi donc durezvous si peu ? Pourquoi donc êtesvous si brèves, Aubes de l’enfance ? Beaux jours, Si pleins d’aromes et […] Plus

  • La maison vide

    Petite maison basse, au grand chapeau pointu, Qui, d’hiver en hiver, semble s’être enfoncée Dans la terre sans fleurs, autour d’elle amassée. Petite maison grise, au grand chapeau pointu, Au lointain bleu, làbas, dislemoi, que […] Plus

  • Grand deuil

    Dans le clair-obscur de la pièce close, Où brûle une cire au reflet tremblant, Rigide, et grandi par la mort, repose Le corps d’un enfant habillé de blanc. Sous la mousseline, on voit les mains […] Plus

  • Rayons d’octobre (IV)

    Maintenant, plus d’azur clair, plus de tiède haleine, Plus de concerts dans l’arbre aux lueurs du matin : L’oeil ne découvre plus les pourpres de la plaine Ni les flocons moelleux du nuage argentin. Les […] Plus