Les Plus Lus

  • Tempête solide

    Porte-moi sur tes vagues dures, mer figée, mer sans reflux ; tempête solide enfermant le vol des nues et mes espoirs. Et que je fixe en de justes caractères, Montagne, toute la hauteur de ta beauté. L’œil, précédant le pied sur le sentier oblique te dompte avec peine. Ta peau est rugueuse. Ton air est, vaste […] Plus

    Lire la suite

  • Éloge à la jeune fille

    Magistrats ! dévouez aux épouses vos arcs triomphaux. Enjambez les routes avec la louange des veuves obstinées. Usez du ciment, du faux marbre et de la boue séchée pour dresser les mérites de ces dames respectables, — c’est votre emploi. Je garde le mien qui est d’offrir à une autre un léger tribut de paroles, […] Plus

    Lire la suite

  • Perdre le Midi quotidien

    Perdre le Midi quotidien ; traverser des cours, des arches, des ponts ; tenter les chemins bifurqués ; m’essouffler aux marches, aux rampes, aux escalades ; Éviter la stèle précise ; contourner les murs usuels ; trébucher ingénument parmi ces rochers factices ; sauter ce ravin ; m’attarder en ce jardin ; revenir parfois en […] Plus

    Lire la suite

  • Stèle provisoire

    Ce n’est point dans ta peau de pierre, insensible, que ceci aimerait à pénétrer ; ce n’est point vers l’aube fade, informe et crépusculaire, que ceci, laissé libre, voudrait s’orienter ; Ce n’est pas pour un lecteur littéraire, même en faveur d’un calligraphe, que ceci a tant de plaisir à être dit : Mais pour […] Plus

    Lire la suite

  • Décret

    Ceci n’est point du temps qui se mesure. Acclamons la vertu du passé, le portant comme une chaîne : mais qui soit d’or. Ceci n’est pas geste qu’on incruste. Acceptons les hauts faits accomplis : mais saluons l’avènement libre des autres qui viendront peut-être. Cette femme exhale les dix genres de beautés ; chaque maintien […] Plus

    Lire la suite

  • Par respect

    Par respect de l’indicible, nul ne devra plus divulguer le mot GLOIRE ni commettre le caractère BONHEUR. Même qu’on les oublie de toutes les mémoires : tels sont les signes que le Prince a choisis pour dénommer son règne, Qu’ils n’existent plus désormais. o Silence, le plus digne hommage ! Quel tumulte d’amour emplit jamais […] Plus

    Lire la suite

  • La passe

    Deux mondes s’abouchent ici. Pour ici monter, quels obstacles ! quelle refoulée des caravanes ! quels gains répétés ! quels espoirs ! M’y voilà, dis-tu ? Souffle. Regarde : à travers l’arche de la Longue-Muraille, toute la Mongolie-aux-herbes déploie son van au bord de l’horizon. C’est toutes les promesses : la randonnée, la course en […] Plus

    Lire la suite

  • Serment sauvage

    Tu ne sortiras d’ici que le débat clos entre nous. Vois ces lances, ces os sculptés ; entends ces cris, ces fers choqués ; Tu me dois ce versant de la montagne, vingt et vingt esclaves jaunes à longue queue et douze femelles de cette espèce chinoise. Ne compte sur aucun de ton clan pour régler cette […] Plus

    Lire la suite

  • Terre jaune

    D’autres monts déchirent le Ciel, et portant le plus haut qu’ils peuvent les tourments de leurs sommets, laissent couler profondément la vallée. Ici, la Terre inversée cache au creux des flancs ses crevasses, tapit ses ressauts, étouffe ses pics — et tout en bas Les vagues de boue chargées d’or, délitées par les sécheresses, léchées […] Plus

    Lire la suite

  • Conseils au bon voyageur

    Ville au bout de la route et route prolongeant la ville : ne choisis donc pas l’une ou l’autre, mais l’une et l’autre bien alternées. Montagne encerclant ton regard le rabat et le contient que la plaine ronde libère. Aime à sauter roches et marches ; mais caresse les dalles où le pied pose bien à plat. […] Plus

    Lire la suite

  • Pierre musicale

    Voici le lieu où ils se reconnurent, les amants amoureux de la flûte inégale ; Voici la table où ils se réjouirent l’époux habile et la fille enivrée ; Voici l’estrade où ils s’aimaient par les tons essentiels, Au travers du métal des cloches, de la peau dure des silex tintants, À travers les cheveux […] Plus

    Lire la suite

  • Écrit avec du sang

    Nous sommes à bout. Nous avons mangé nos chevaux, nos oiseaux, des rats et des femmes. Et nous avons faim encore. Les assaillants bouchent les créneaux. Ils sont plus de quatre myriades ; nous, moins de quatre cents. Nous ne pouvons plus bander l’arc ni crier des injures sur eux ; seulement grincer des mâchoires […] Plus

    Lire la suite

Charger plus
Toutes nos félicitations. Vous avez atteint la fin de l'internet.