À l’envers

À l’envers du commun des hommes qui, dans leurs menus souhaits échangent des « Dix mille années »,
J’appelle avec vœux la clôture de la Grande Année du Monde, et qu’il s’endorme vite dans le chaos sans bonté.
À l’envers de leur nature les êtres alors agiront : l’eau brûlant, le feu noyant toute la chose et tout l’esprit.
o
Vienne cette heure renversée, la Douzième : son moment, qu’il me sera doux !
À l’envers de ma nature les désirs alors agiront :
Peut-être alors me sentirai-je bon parmi les principes à l’envers ?

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments